Google+

Liberty Stories - Forum de Libre RPG


 

Partagez | 
 

 Majo (récit fantastique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Majo (récit fantastique)   Mar 17 Mar - 21:00

Depuis longtemps je pense à cette histoire (je vous résume en gros) :

Nous allons suivre l'histoire d'une fille semblable à certaines autres.

Cette fille va dans une école située dans son village, elle n'est pas aimée et lorsque les autres élèves croisent son regard ils ressentent une sorte de frisson. Un jour un vieil homme la croise et remarque son regard et l'enlève, il lui donne un endroit où dormir et un bon repas tous les jours, ce qu'elle n'a pas souvent car son village est pauvre et reculé.
Au bout d'un certain temps la confiance se crée entre l'homme et la jeune fille et il lui annonce qu'elle est une sorcière et qu'elle est née pour se battre contre ses semblables et que leurs pouvoirs correspondent à une saison ou à un élément.
Il lui donne une branche d'un arbre sacré et l’entraîne avec.
...

je continuerai la suite bientôt mais en ce moment je me concentre sur mes cours!


Dernière édition par Yamata le Jeu 16 Juil - 18:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mar 17 Mar - 22:09

Lance-toi, l'écriture est affaire d'entraînement et habitude, ce n'est pas moi qui vais aller dire le contraire...
Alors sache que nous attendons avec impatience le premier chapitre, que tu pourrais mettre dans ton premier message (ci-dessus donc), sous forme de "spoiler", et annoncer en réponse au sujet chaque fois qu'une nouvelle partie est ajoutée.

Prépare-toi à recevoir de belles critiques de la part de Kao et la mienne, nous sommes tous les deux très friands d'HF, et il va falloir que ce soit original pour ne pas me lasser comme la majeure partie des histoires que l'on peut actuellement trouver ;)
Cependant, je t'en conjure, fais attention à ton orthographe et la concordance des temps (il faudra un jour m'expliquer pourquoi tant de personnes ont du mal à concorder, alors que c'est si simple...).


Pour l'instant donc, je ne peux pas véritablement me prononcer rien que sur ce que tu as posté.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1202
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mer 18 Mar - 7:28

@Plume Noire a écrit:
(il faudra un jour m'expliquer pourquoi tant de personnes ont du mal à concorder, alors que c'est si simple...).

Pour une raison obscure, je me sens visée. //MUR//

Et Olympe pour ton histoire, si tu veux contenter Plume et Kao... Bonne chance c: :aaa:

___________
NEVER FORGOT

~~~~~~~~~

~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto ♥♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mer 18 Mar - 15:48

Toi, mais aussi Luw

Et oui, il faudra remplir et les exigences de Kao et les miennes.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Lun 23 Mar - 21:57

Voila la suite mais je modifierai des trucs alors c'est pas le texte définitif!

  Dans un petit village pauvre au beau milieu d'une forêt ce trouve une jeune fille au destin semblable à peut d'autres. Ces parents sont morts alors qu'elle n'était qu'un nourrisson. Des fermiers manquant de personnels l'adoptèrent et l’élevèrent jusqu'à ces 16 ans où un évènement va lui bouleverser la vie à jamais. Comme à son habitude Yuma de réveille au chant du coq, au lever du soleil. Elle nourrit les bêtes, trait les vaches, fait sortir les poules...
Une fois ces taches finies elle peut aller en cours, pour faire ce qu'elle adore: étudier.
Comme à son habitude, les élèves et le professeurs l'ignorent. A ce qu'ils disent, son regard donne des frissons et glace le sang. Comme tout les jours, elle se fait insulter. Comme tout les jours, elle se fait taper. Comme tout les jours, elle se fait détestée! Pourquoi? Elle est différente.
Le midi alors que ses camarades dégustent leur repas bien chaud, elle grignote son pain, seule comme toujours. Seuls les oiseaux viennent l’accompagner dans sa pauvre existence.
L'après midi, elle aide ses parents adoptifs aux champs: elle tire la charrette, fouette le cheval, laboure les champs... Transpire à longueur de journée sous le soleil brulant ou sous le froid mordant.
Tout ce travail pour un morceau de pain et de la paille pour dormir.

                                  La suite plus tard


Dernière édition par olympe le Jeu 23 Avr - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Être fou
Humeur : Fou et tout simplement fou
Messages : 1674
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Lun 23 Mar - 22:38

Pour un avis lointain après une lecture rapide, de nombreuses fautes de grammaires et de conjugaison. Pour ce qui est de l'histoire elle même j'attends d'en voir plus pour donner mon avis.
(ps : le froid ne peut pas être techniquement ardent vu qu'on parle de charbon ardent pour dire qu'il est brûlant...)

___________
signature kao
     La vie est dure, nous avons beau cherché à la rendre meilleure, il suffit d'un instant d'inattention, un seul moment où nous n'agissons plus pour qu'une flamme s'éteigne.
     Le temps file, parfois lentement d'autre fois rapidement. Mais pourquoi doit-il en plus de ça tout détruire sur son chemin. Tout est éphémère malgré les dires des autres. Une amitié finie toujours par mourir sans aucune raison apparente.
     Nous sommes nos propres démons, mais se combattre est inutile, le seul moyen de vaincre l'ennemi est de le connaître ainsi que de le comprendre. Connaissez-vous, écoutez-vous, respectez-vous, comprenez-vous mais surtout, ne vous blessez pas, une plaie béante et irréparable ferait son apparition au fond de vous.
     Tu cours, tu cours pour échapper à ton destin. Retourne-toi et affronte-le. La meilleur façon de vivre est de survivre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1202
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mar 24 Mar - 7:20

Quand je compare aux textes que j'ai pu voir de toi, je suis impressionnée :o Sinon au lieu de " Froid ardent" : "Froid mordant" ça serait un peu mieux...je crois ? x:

___________
NEVER FORGOT

~~~~~~~~~

~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto ♥♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Être fou
Humeur : Fou et tout simplement fou
Messages : 1674
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mar 24 Mar - 18:37

Exactement Isa, c'est l'adjectif qu'elle aurait du utiliser ;).

___________
signature kao
     La vie est dure, nous avons beau cherché à la rendre meilleure, il suffit d'un instant d'inattention, un seul moment où nous n'agissons plus pour qu'une flamme s'éteigne.
     Le temps file, parfois lentement d'autre fois rapidement. Mais pourquoi doit-il en plus de ça tout détruire sur son chemin. Tout est éphémère malgré les dires des autres. Une amitié finie toujours par mourir sans aucune raison apparente.
     Nous sommes nos propres démons, mais se combattre est inutile, le seul moyen de vaincre l'ennemi est de le connaître ainsi que de le comprendre. Connaissez-vous, écoutez-vous, respectez-vous, comprenez-vous mais surtout, ne vous blessez pas, une plaie béante et irréparable ferait son apparition au fond de vous.
     Tu cours, tu cours pour échapper à ton destin. Retourne-toi et affronte-le. La meilleur façon de vivre est de survivre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mar 24 Mar - 19:42

Pour les fautes d'orthographe, je suis nulle en orthographe donc c'est pas gagné !
J'ai changé ! Mais c'est normal que vous n'ayez pas encore d'avis car pour l'instant c'est le calme plat !
Mais après ça va être bien (j'espère).


Edit Plume Noire : j'ai changé / que vous n’ayez.
S'il-te-plaît, pense au moins à mettre des majuscules en début de phrase et des points quand tu les termines. Il s'agit de la base de la grammaire. Et être nulle en orthographe n'est pas une excuse, tu n'as aucune raison valable pour baisser les bras et ne peux que t'améliorer. Si tu veux il y a divers exercices à disposition dans l'Aide aux devoirs, et tu peux si tu le souhaites laisser un message pour demander (poliment !) un exercice bien précis si tu ne trouves pas ton bonheur.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mer 25 Mar - 17:59

Avant de m'avancer et partir dans une série de conseils, j'aimerais connaître la forme finale que tu veux donner à ton récit : s'agira-t-il d'une nouvelle, ou plutôt d'un roman ?
En fonction de ta réponse, mon traitement sera complètement différent.

Bien évidemment, les remarques faites pas Kao concernant ton orthographe et ta grammaires valent aussi pour mon avis (tu peux éventuellement aller voir l'édit que j'ai fait sur ton dernier message).

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mer 25 Mar - 19:12

olympe a écrit:
Pour les fautes d'orthographe, je suis nulle en orthographe donc c'est pas gagné !
J'ai changé ! Mais c'est normal que vous n'ayez pas encore d'avis car pour l'instant c'est le calme plat !
Mais après ça va être bien (j'espère).


Edit Plume Noire : j'ai changé / que vous n’ayez.
S'il-te-plaît, pense au moins à mettre des majuscules en début de phrase et des points quand tu les termines. Il s'agit de la base de la grammaire. Et être nulle en orthographe n'est pas une excuse, tu n'as aucune raison valable pour baisser les bras et ne peux que t'améliorer. Si tu veux il y a divers exercices à disposition dans l'Aide aux devoirs, et tu peux si tu le souhaites laisser un message pour demander (poliment !) un exercice bien précis si tu ne trouves pas ton bonheur.

Je veux pas faire d'exercices j'en ai assez avec les cours, pour les fautes je verrai mais là j'ai pas trop le temps !

C'est une nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mer 25 Mar - 20:02

Merci d'éviter les double-posts.

Quant à faire des fautes ou non, je me dois de te reprendre, désolée. Bien écrire n'est pas une question de temps, mais d'entraînement. Dire que tu n'as pas la possibilité de te réserver une marge pour t'exercer serait plus correct. Après cela s'acquiert beaucoup avec la lecture, mais puisque tu dis ne pas aimer cela...
Et les exercices proposés sont variés, il y en a de vocabulaire, d'autres de repérage et correction d'erreurs, d'autres encore de rédaction et amélioration de l'écrit. Cependant, encore une fois, personne ne peut te forcer à faire quoi que ce soit si tu ne le désires pas.

Et pour ton texte, j'attends donc de voir la suite pour me faire une idée plus précise et juste.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Sam 16 Mai - 16:40

Majo

Partie I: La découverte


Dans un petit village pauvre au beau milieu d'une forêt ce trouve une jeune fille au destin semblable à peu d'autres. Ces parents sont morts alors qu'elle n'était qu'un nourrisson. Des fermiers manquant de personnels l'adoptèrent et l’élevèrent jusqu'à ces 16 ans où un évènement va lui bouleverser la vie à jamais. Comme à son habitude Yuna se réveille au chant du coq, au lever du soleil. Elle nourrit les bêtes, trait les vaches, fait sortir les poules...
Une fois ces taches finies elle peut aller en cours, pour faire ce qu'elle adore: étudier.
Comme à son habitude, les élèves et le professeurs l'ignorent. A ce qu'ils disent, son regard donne des frissons et glace le sang. Comme tout les jours, elle se fait insulter. Comme tout les jours, elle se fait taper. Comme tout les jours, elle se fait détestée! Pourquoi? Elle est différente.
Le midi alors que ses camarades dégustent leur repas bien chaud, elle grignote son pain, seule comme toujours. Seuls les oiseaux viennent l’accompagner dans sa pauvre existence.
L'après midi, elle aide ses parents adoptifs aux champs: elle tire la charrette, fouette le cheval, laboure les champs... Transpire à longueur de journée sous le soleil brulant ou sous le froid mordant.
Tout ce travail pour un morceau de pain et de la paille pour dormir.
Mais un jour, un homme viendra arrêter ce destin misérable que rien ni personne ne peut changer.

Ce jour là, elle alla à son école et elle croisa la route d'un vieillard boitant qui s'aidait d'une canne. Leur regard se croisa et il su qui elle était. Pour elle, cet homme n'était qu'un inconnu mais lui, elle l’intéressait tel une pierre précieuse. Il l'arrêta dans sa marche et l'emmena dans une grange. Yuna ne pouvait rien faire, elle est trop frêle. Tel un rapace fondant sur sa proie, il l'embarqua. Dans une range se trouvait un cheval qu'ils prirent et galopèrent en s'enfonçant plus profondément dans la forêt.
Arrivés dans une petite chaumière, l'inconnu ôta sa cape et n'était plus un vieillard mais un homme fort et déterminé. Il lui montra sa chambre et lui garantie nourriture et confort.


Partie II: L'annonce

Plusieurs mois passèrent et la confiance s'installait entre les deux personnes. Elle avait pris des muscles et du poids ce qui lui donnait une silhouette idéale. Le jour était venu de lui annoncer une nouvelle qui bouleversera son destin. Il l'emmena dans une prairie sous l'arbre sacré. La nouvelle éclata, elle est une sorcière de la saison hivernale avec l'élément de la glace. A ces mots, Yuna ne le croyait pas mais il n'avait pas fait une simple déclaration, c'était une démonstration. Muni d'une hache, il coupa une branche de l'arbre sacré situé derrière elle et lui offrit comme arme. Au contact de ses mains, le bâton rayonnait de lumière et de givre se déposant à sa prise. Yuna, l'esprit troublé semblait être dans un rêve par l'irréalité de cet instant. L'homme qui était un sorcier ne voulait pas perdre de temps et par un tapement de main fit apparaitre un grimoire. Une formule incompréhensible pour la fillette les transporta dans un autre monde...

 Partie III: Kyoica
         
Bienvenue à Kyoica, monde de magie, d'êtres surnaturels, merveilleux où la magie domine et fait vivre le monde en plein rêve. Arrivé dans cet endroit, Yuna croyait être dans un conte de fée mais elle pourrait vite être déçue. En ces lieux, son maître se fait appeler Maître Magikku. Ils visitaient le pays et rencontraient de nombreuses personnes. Au pied d'un grand manoir elle espérait rencontrer le roi de ce pays mais cette demeure était celle de Magikku. Heureuse d'y habiter ils se hâtèrent d'y entrer tantôt pour revoir ce lieu qui à manquer à un, tantôt pour à l'autre ressembler à une duchesse. La visite de ce manoir lui fit découvrir de nombreuses surprises. Son maître lui expliqua les règles de cet univers. Interdiction de sortir après minuit, interdiction de cueillir des fleurs sauf sous autorisation , interdiction d'utiliser ses pouvoirs pour quelconque raisons, interdiction de tomber amoureuse et bien sur chaque délits sera punis. Obligation de s'incliner au passage de la reine ...
Et interdiction de tomber amoureuse. La durée de quelques minutes semblait être des heures mais pour Yuna qui avait un immense respect pour son maître, elle n'aurait jamais désobéit. L'heure de souper était arrivée et un énorme banquet se disposait sous ses yeux émerveillés. Des servantes lui apportaient tous ces mets délicieux. Elle se rempli l'estomac, c'était sans aucun doute le meilleur repas qu'elle a mangé. Lorsque l'autorisation fut donné elle put aller dans sa magnifique chambre. Elle pouvait enfin se comporter comme une princesse grâce aux dizaines de robes empilées dans l'immense garde robe qui semblait l'engloutir à chaque fois qu'elle ouvrait une porte. Son maître lui commanda de ne pas regarder à la fenêtre après minuit, celle-ci était cachée d'un épais rideau. Le lit confortable l'endormait en peu de temps et la transporta dans de nombreux rêves. Les tic tac de l'horloge ne semblaient pas la déranger. Seul un hurlement et un cri strident la réveillèrent. La pendule montrait une heure dix sept, la curiosité l'emporta et elle ne put s'empêcher de regarder à la fenêtre. C'était à son tour de hurler face à cette scène d'une violence extrême. Deux loups garous s'affrontaient pour dévorer la proie agonisant au sol poussant des cris de désespoir et de mort proche. C'était une pauvre elfe qui a eu le malheur de traverser la foret au mauvais moment et de se faire égorger vive.
Yuna poussa d'autre cris d’effrois qui obligea son maitre à lui venir en aide. Il sait que la curiosité est un défaut de l'Homme et ne peut que la consoler.
Il déclara alors,"tel est la beauté et la laideur de Kyoica". Après de nombreuses larmes elle réussi à se rendormir. Le matin, elle vérifia que la scène de la veille s'était arrêtée et en effet toutes traces avaient disparues. Après avoir déjeuné et et s'être préparée, elle alla dehors mais elle devait rentrer à vingt heures. Elle parti dans un champs de fleurs où se promenait un groupe de jeunes. Elle n'osait pas les approcher à cause de son passé, de peur qu'ils la malmènent, elle les observait de loin. Au bout de plusieurs minutes, elle commençait à se faire repérer. Il vinrent donc la voir et firent connaissance. Ces personnes ne la tapaient pas, ne se moquait pas d'elle et lui donnèrent une bonne impression. Chaque jours, elle passait de nombreuses heures avec ses premiers amis, ensemble, ils formaient un groupe inséparable et unique. Il y avait seiko dl'hiver, kentaro de l'été, Ichili (un elfe) et Soma du printemps. Avec eux, elle vivait des instants de joie, elle pouvait enfin définir le mot amitié. La plus part du temps, Soma restait avec elle plus longtemps car il pouvait rentrer a n'importe quelle heure. Mais avec lui, il y avait plus qu'une simple amitié, ils pouvait s'échanger tous les secrets et lorsque leurs mains se touchaient, des rayons de lumière s'en échappaient.

Un jour, ils virent une femme et son enfant âgé de quelques années se promenant entre des champs de fleurs. Le petit cueillit des fleurs et l'offrit à sa mère alors que cela est formellement interdit. L'innocence et l’ignorance de ce petit être ne pouvait lui dicter les interdictions de ce monde. Un air de peur et expression de terreur s'afficha sur le visage de la mère. Aussitôt, elle sera son enfant dans les bras et tomba en sanglots. Après une légère brise qui laissa flotter une atmosphère lourde, des elfes sorti des fleurs fermées et des arbres, ils avaient l'apparence de démons. Contre toutes attentes ils se jetèrent sur la mère qui englobait sa progéniture et le dévorèrent vivante. Une fois la plus grosse proie disparue, ils attaquèrent le plus faible qui était aussi le coupable de cette boucherie. Leurs cris de douleur ont fait réagir Yuna qui voulait les aider mais Soma l'en empêcha et lui explique que quiconque les aiderai subirai le même sort. Elle se jeta dans ces bras versant des larmes des larmes de tristesse et d'impuissance. Tel est le sort réservé à ceux qui enfreignent les règles.
Bonheur ou malheur? Les émotions changent de côtés à chaque évènements.
L'église montre dix neuf heures cinquante, Yuna doit repartir chez elle. L'heure du souper est arrivé et elle se régalait comme à chaque repas. Maître Maggiku avait l'air sérieux et lui annonça qu'à partir de demain, elle devra subir un entrainement.

la suite plus tard.

voila un bon morceau de mon histoire j'espère que vous allez apprécier et je suis ouverte à toutes critiques et à tout conseils!


Dernière édition par Yamata le Lun 20 Juil - 13:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1202
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Jeu 16 Juil - 17:57

Illustration de majo faite par Yamata:
 

___________
NEVER FORGOT

~~~~~~~~~

~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto ♥♥


Dernière édition par Haruka le Jeu 16 Juil - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Jeu 16 Juil - 18:07

Merci pour avoir mis mon dessin ma p'tite Haru!
Pour ceux qui ont regardé, vous ne trouvez pas que la fille (ou Yuna pour ceux qui ont lu) ressemble super fort à Haru (pour ceux qui l'ont vue)?

___________
"Le vrai tombeau des morts est le cœur des vivants"
"Ceux qui ne retiennent pas les leçons de l'histoire devront les revivre un jour..."
L'erreur est humaine l'humain est erreur
"On voit le degré de civilisation d'un peuple a la façon dont il traite les animaux"
"Si quelqu'un se souvient de celui qui n'est plus là alors il devient une légende"
"le seul moment où mes animaux m'ont fait du mal c'est quand ils sont partis!"
"Si quelqu'un est capable de faire mal à un animal il est aussi capable de faire mal a un humain"


grand merci a haru pour cette signature que j'attendais avec impatience:
" />
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Lun 20 Juil - 12:11

Comme prévu, on va donc travailler partie par partie.

Pour commencer, je vais instaurer un petit code couleur, ce qui sera plus simple pour le repérage et le travail, et parce que j'aime et ai l'habitude de travailler directement sur les textes plutôt que de faire des pages à côté. En rouge donc, les petites fautes qui sont encore présentent. Comme l'un des problèmes majeurs de ce texte est la concordance, et qu'il va falloir que tu choisisses entre faire ton récit au passé ou au présent, je vais mettre en bleu tous les verbes du système passé et en violet ceux du système présent, que tu te rendes un peu compte visuellement. En italique et jaune-orangé tu auras quelques remarques assez précises sur des passages du texte. Pour le reste, ce qui est plus général, ce sera après ton extrait, à la fin du message.



Partie I: La découverte

Dans un petit village pauvre au beau milieu d'une forêt ce trouve une jeune fille au destin semblable à peu d'autres. Ces parents sont morts [morts comment ? Tu sembles prendre le point de vue omniscient (ou annonçant que le destin de ton personnage est unique), on s'attendrait donc à ce que tu indiques la manière dont ils sont morts, ou le fait justement qu'on ne sait pas trop, si c'est le cas]alors qu'elle n'était qu'un nourrisson. Des fermiers manquant de personnels l'adoptèrent [comment l'ont-ils trouvée ? Ses parents vivaient-ils dans le village ? Pourquoi dans ce cas eux et non les autres ? Peut-être à cause de la pauvreté, mais il faut toujours préciser]et l’élevèrent jusqu'à ces 16 [ce ne sont que les dates qui sont mises en chiffres]ans [je mettrais une virgule, pour ralentir un peu la phrase, et montrer que c'est quelque chose d'important] où un évènement va lui bouleverser la vie à jamais [l'expression me semble un peu maladroite, c'est du moins plus littéraire et naturel (enfin, ça doit dépendre des régions de France...) de dire "bouleverser à tout jamais son existence"/"bouleverser sa vie à tout jamais", mais le "lui bouleverser la vie" me gêne un peu...]. Comme à son habitude [il faudrait peut-être avant expliquer comment elle a été élevée, dans la continuité du passage qui explique son adoption par exemple] Yuna se réveille au chant du coq, au lever du soleil. Elle nourrit [on ne peut pas savoir, les 2 conjugaisons sont identiques] les bêtes, trait les vaches, fait sortir les poules... [et les fermiers ? Et les autres employés ? Est-elle une sorte de Cendrillon, ou n'était-elle pas la seule dans ce cas ?]
Une fois ces taches finies elle peut aller en cours, pour faire ce qu'elle adore: étudier. [par obligation, ou ses parents le lui ont autorisé ? Depuis combien d'années y va-t-elle ?]
Comme à son habitude, les élèves et le professeurs l'ignorent [c'est un cycle donc qui se répète chaque année ? Il faudrait à un moment décrire les villageois, car ils peuvent être pauvres mais le cœur sur la main, ou pauvres et "bêtes", comme les tiens semblent l'être]. A ce qu'ils disent, son regard donne [comme ce n'est qu'une rumeur, plutôt que de l'affirmer, tu pourrais mettre du subjonctif, ce qui signifierait aussi que le lecteur est inconsciemment amener à ne pas partager leur point de vue, contrairement à ce qu'implique l'utilisation du présent] des frissons et glace le sang. Comme tout les jours, elle se fait insulter. Comme tout les jours, elle se fait taper ["taper" me sonne un peu familier, j'opterais plutôt pour "frapper"/ "rouer de coups"]. [mais tu ne viens pas de dire qu'elle était ignorée ?] Comme tout les jours, elle se fait détestée! Pourquoi? Elle est différente. [la question qui nous vient ? Mais pourquoi est-il différente ? Pour son physique ? A priori, vu que tu parles de ses yeux et qu'ils sont source de méfiance/terreur. Ce serait le moment idéal pour introduire une description de ton personnage, en faisant ressortir les caractéristiques qui sont sujet de son rejet (par exemple, les cheveux qui font ressortir les yeux, etc...)]
Le midi alors que ses camarades dégustent leur repas bien chaud [la seule différence est-elle la température ? Ou le aussi le contenu ? Et l'été, des repas chauds... D'ailleurs cela parait étonnant qu'ils aient la technologie du micro-ondes, masi pas celle pour labourer un peu plus efficacement les champs... Attention aux incohérences !], elle grignote son pain, seule comme toujours. Seuls [attention, répétition de "seul"]les oiseaux viennent l’accompagner dans sa pauvre existence [avec cette expression tu donnes un jugement de valeur, on a l'avis du narrateur, et selon moi tu dramatises un peu trop les choses, par accumulation de pathétique, mais cela donnerait presque plus à sourire car on pourrait donner un ton ironique à cette expression dans le sens "voyez comme elle est malheureuse, elle a vraiment tous les malheurs du monde sur elle..." Je pense que tu devrais temporiser un peu].
L'après midi L'écolle commence tard alors, au vu de ses activités (qu'elle semble faire pendant que tous les autres dorment), on s'attendrait plus à ce qu'elle aille en cours l'après-midi. Mais c'est vrai que le fait de déjeuner l'après-midi... Inattention de ma part. Mais c'est vrai que si elle rentre chez elle l'après-midi, qu'en est-il des autres élèves ? Pourquoi donc manger pour rentrer juste après ?], elle aide ses parents adoptifs aux champs : elle tire la charrette, fouette le cheval, laboure les champs... [attention, car elle ne peut pas vraiment les labourer à proprement parler, vu qu'il y a un cheval et un outil pour cela... D'ailleurs, est-ce la charrette ? Parce qu'elle devrait pousser, et que ce n'est pas un outil de laboure. Et si non, à quoi sert la charrette ?] Transpire [Vu qu'il s'agit d'une nouvelle phrase, tu ne peux pas enlever le sujet, surtout que tu ne l'as pas fait les fois précédentes. Si tu veux le faire, opte plutôt pour un gérondif dans ce cas] à longueur de journée sous le soleil brulant ou sous le froid mordant [cela paraîtrait presque plus logique qu'elle se retrouve à grelotter en hiver, plutôt que transpirer...].
Tout ce travail pour un morceau de pain et de la paille pour dormir [elle dort donc dans la grange ? Ou avec les bêtes ?].
Mais un jour, un homme viendra [tu avais au départ utiliser le présent pour faire ce genre d'annonce, fais attention à la concordance] arrêter ce destin misérable [encore ce jugement de valeur pour (trop) insister...] que rien ni personne ne peut changer [très paradoxal, cet homme va venir pour arrêter quelque chose qui ne peut l'être ? Et par définition le destin est le futur, tu devrais plutôt utiliser le terme d'"existence"].

Ce jour là [est-ce un jour particulier pour nécessiter cette précision ?], elle alla à son école [encore une expression qui me gêne. Techniquement, l'école ne lui appartient pas, alors il faut mettre "à l'école", ou plutôt "prit le chemin de l'école/des études", vu qu'elle n'y arrivera jamais] et elle croisa la route d'un vieillard boitant [il faut mettre "boiteux", vu que l'adjectif existe et qu'il n'est nul besoin de l'emploi du gérondif]qui s'aidait d'une canne [c'est un petit village, donc tout le monde se connait. Elle n'est pas étonnée de cette rencontre ? C'est le genre de perche idéale qu'il faut saisir pour décrire ton personnage, à travers les yeux de Yuna, et son ressenti par rapport à cet étrange personnage]. Leur regard se croisa [il faut au moins 2 regards pour qu'ils se croisent...]et il su qui elle était. Pour elle, cet homme n'était qu'un inconnu mais lui [petite erreur dans le pronom, qui fait que dans ce sens, c'est le vieillard qui intéresse la jeune fille], elle l’intéressait tel une pierre précieuse. [pourquoi ? Je suppose que c'est volontaire de laisser ce flou, mais il n'en faut pas trop. Tu pourrais donner une dimension différente de celle du "gentil petit vieux", avec par exemple un sourire inquiétant et une lueur de convoitise dans son regard, lui faire murmurer quelque chose comme "enfin je t'ai trouvée" avant qu'il ne l'enlève, parce que de cette manière on comprendrait que ton héroïne ignore certaines choses sur elle-même, et cela justifierait ta phrase précédent selon laquelle il sait qui elle est, sinon cette phrase semble étrange.] Il l'arrêta dans sa marche et l'emmena dans une grange. Yuna ne pouvait rien faire, elle est trop frêle [étrange, n'a-t-elle pas une vieillard face à elle ? Elle pourrait facilement s'enfuir. Là tu pourrais introduire le fait qu'elle s'étonne de la force et de la rapidité de cet homme, et le fait qu'elle était paralysée par cette transformation qu'elle avait vu sur son visage quand il l'a attaquée, d'où son absence de réaction et cette espèce de d'ellipse. Et il faudrait changer la manière dont le tout est tourné, parce que dit de cette manière, cela fait plus penser à une scène de viol...].. Tel un rapace fondant sur sa proie, il l'embarqua. Dans une range [range ? Grange ? Et dans ce cas pourquoi "une grange", alors que tu as dit avant qu'ils étaient déjà dans le bâtiment ?] se trouvait un cheval qu'ils prirent et galopèrent [il faut que tu remettes le sujet, sinon on dirait qu'ils "galopent le cheval"] en s'enfonçant plus profondément dans la forêt [donc l'école n'est pas dans le village ? Et si oui, en pleine journée et devant tout le monde, une fille qui se fait enlever ne passe pas inaperçu. Ne serait-ce que de la part de ses camarades qui vont eux aussi à l'école].
Arrivés dans une petite chaumière [au bout de combien de temps de voyage ? Et elle n'essaie pas de se débattre ? Que pense-t-elle, que ressent-elle ? C'est un point crucial qu'il nous manque si on ne peut pas avoir la vision du personnage, son implication dans ce qu'il lui arrive], l'inconnu ôta sa cape et n'était plus un vieillard mais un homme fort et déterminé [vieillard et déterminé s'opposent donc pour toi ? Il m'a au contraire sembler qu'il était bien sûr de lui, pour l'avoir enlever. Et là tu devrais décrire un peu mieux cet homme. Quel âge ? Musclé ? Couleur de cheveux ? Forme de la mâchoire ? Ce que transcrit son regard ?]. Il lui montra sa chambre et lui garantie [on ne peut pas savoir, les 2conjugaisons sont identiques] nourriture et confort. [et elle, sa réaction ? Elle ne tente pas de se rebeller, de s'enfuir ? Elle n'a pas peur ? Tout son univers depuis sa naissance a été bouleversé...]


Attention, mais il n'y a pas de cadre spatio-temporel. Pour simple exemple, on ne sait absolument pas en quelle saison on est. Tu parles de laboure des champs, mais comme d'une activité sur toute l'année (à ce propos il faudrait préciser ce qu'elle fait en hiver quand la terre est gelée). Le temps, est-il tempéré, humide, avec de grands écarts de température ? Et surtout, y a-t-il d'autres villages ? Sur quelle étendue est cette forêt ? On ne sait pas non plus à quelle époque cela se passe. Est-ce une sorte de Moyen-Age ? Non, puisqu'ils réchauffent les plats et que les filles vont à l'école, et que cela semble même obligatoire. Mais d'un autre côté, cela ne semble pas dater d'aujourd'hui, puisque l'école n'est que sur quelques heures, et que les champs se labourent manuellement. Fais attention à ces incohérences, tu dois bien définir ce cadre, car c'est le point de repère pour le lecteur et son imagination de toute l'histoire.
Il manque des passages de pause dans le texte, tout est enchaîné. Coupe avec des descriptions, du village par exemple, de ses habitants, des personnages, et donne les ressentis et les idées ! C'est ce La psychologie d'un personnage est ce qui lui donne sa profondeur et fait que les mots prennent forme humaine pour le lecteur.
N'oublie pas non plus de décider si ton texte est au présent ou au passé !
Pour tout ce qui est structure et paragraphes, je pense que ce n'est pas essentiel pour le moment, on y travaillera après une fois qu'on aura vraiment le texte, sinon il faudra toujours modifier...

Je crois que c'est "tout" pour le moment, un premier épluchage. Il sera toujours temps d'être de plus en plus exigeante au cours de tes réécritures, pour les améliorer. Bon courage pour tout lire !

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : équitation,être avec mes animaux et shooter dans le sac d'Haru!
Humeur : " Ce monde n'existe pas mais il est des mondes que l'on peut entrevoir en s'avançant d'un pas."
Messages : 106
Âge : 17

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Lun 20 Juil - 20:10

Dans un petit village pauvre au beau milieu d'une forêt se trouvait une jeune fille au destin semblable à peu d'autres. Ses parents ont perdu la vie alors qu'elle n'était qu'un nourrisson.Un mauvais jour d'hiver, le ciel s'était recouvert de sombres nuages gris qui lissaient s'échapper des torrents de pluies. De violents éclairs s’abattaient un peu partout dans les montagnes là où le couple s'était rendu pour chercher du lait de brebis. A cause des tonneaux de fer pour y mettre de lait, un éclair foudroyant leur tomba dessus et les tua sur le coup. La petite était gardée par sa grand mère qui ne voulait la garder et la déposa aux portes de l’orphelinat. Des fermiers manquant de personnel l'adoptèrent à l'orphelinat en effet, à cause de la pauvreté peu de personnes adoptent des enfants la plupart finisse dans la rue a mendier. Comme elle était la plus grande, ils l’élevèrent jusqu'à ces seize ans où un évènement va bouleverser sa vie à jamais. A son arrivée à la ferme, elle était plutôt heureuse, il y avait enfin des personnes qui lui parlait. Il lui montrèrent sa chambre: une étable où dorment les chevaux et auxquels s'ajoutent quelques rongeurs gourmands ou affamés. Les premiers jours, elle essaya de s'échapper mais lorsqu'elle fut retrouvée elle fut battue et privée de nourriture. Pour éviter une nouvelle fugue, un chien féroce était attaché au portail d'entrée. Elle accepta sa nouvelle vie et resta en contact des animaux de la ferme avec qui elle s'entendait. Comme à son habitude Yuna se réveillait au chant du coq, au lever du soleil. Elle nourrissait les bêtes, traitait les vaches, faisait sortir les poules... Elle était seule, les autres ouvriers ont quitter la ferme d'un jour à l'autre par peur de la jeune fille.
Une fois ces tâches finies elle pouvait aller en cours, pour faire ce qu'elle adore: étudier. Contrairement à se qu'on pourrit penser les fermiers la laissèrent y aller pour qu'elle puisse parle convenablement au acheteurs.

___________
"Le vrai tombeau des morts est le cœur des vivants"
"Ceux qui ne retiennent pas les leçons de l'histoire devront les revivre un jour..."
L'erreur est humaine l'humain est erreur
"On voit le degré de civilisation d'un peuple a la façon dont il traite les animaux"
"Si quelqu'un se souvient de celui qui n'est plus là alors il devient une légende"
"le seul moment où mes animaux m'ont fait du mal c'est quand ils sont partis!"
"Si quelqu'un est capable de faire mal à un animal il est aussi capable de faire mal a un humain"


grand merci a haru pour cette signature que j'attendais avec impatience:
" />
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Mar 21 Juil - 0:00

Bon, je reprends le rouge pour les petites fautes, et l'italique orange pour les commentaires. Je vois que tu as choisi le système du passé. Cependant il y a de la concordance à faire dans les temps...


Dans un petit village pauvre au beau milieu d'une forêt se trouvait une jeune fille au destin semblable à peu d'autres. [tu racontes l'histoire de leur mort, donc c'est une idée nouvelle, je conseillerais un retour à la ligne] Ses parents ont perdu [il faut du plus que parfait, car le passé composé correspond au système présent] la vie [tu l'as joliment tourné] alors qu'elle n'était qu'un nourrisson. Un mauvais jour d'hiver, le ciel s'était recouvert de sombres nuages gris qui lissaient [une simple petite erreur de frappe] s'échapper des torrents de pluies. De violents éclairs s’abattaient un peu partout dans les montagnes là où le couple s'était rendu pour chercher du lait de brebis [je me pose plusieurs questions : pourquoi parler d'une forêt et maintenant des montagnes ? Ces lieux sont-ils loin ? Et pourquoi du lait de brebis en montagne, qu'avait-il de particulier, puisqu'on peut le trouver en plaine. Et généralement les brebis ne sont pas élevées dans les montagnes... Les troupeaux de bétail sont quelquefois emmenés sur les flancs montagneux pour brouter, mais l'été]. A cause des tonneaux de fer [le fer semble étrange pour des tonneaux, il va donner un mauvais goût au lait. Ce peut être des tonneaux de bois avec des cercles de métal, ou tout simplement le fait que 2 silouhettes se baladent en hauteur qui attire la foudre. A toi de voir] pour y [tu utilises "tonneaux" avant, donc pas besoin de préciser à nouveau le contenant] mettre de [une erreur de pronom] lait [complète peut-être, en disant que ce sont les tonneaux qu'ils portent. Et pourquoi ce besoin de rentrer, alors qu'ils pouvaient attendre dans la bergerie ? L'orage avait-il déjà éclaté quand ils sont partis ? Est-ce pendant le routeur que la perturbation est arrivée ?], un éclair foudroyant leur tomba dessus et les tua sur le coup. La petite était gardée par sa grand mère qui ne voulait [vu que ton texte est dans un langage courant et non soutenu, cela fait étrange d'utiliser cette structure, on le ressent comme un mot manquant, donc il vaudrait mieux que tu mettes l'entière négation] la garder [répétition de garder] et la déposa aux portes de l’orphelinat [fais attention, tu parles d'un pauvre petit village, mais il contient beaucoup d'éléments, comme l'école, et maintenant un orphelinat. Dans ce genre de hameau tu n'as pas d'orphelinat, c'est plus dans les grandes villes (où beaucoup plus de bébés sont abandonnés, mais je parle surtout pour les siècles précédents. Et encore aujourd'hui, il est rare de trouver un orphelinat dans un village. Et question la plus importante ? Pourquoi elle ne veut pas d'elle ? N'a-t-elle que sa grand-mère comme famille ?]. Des fermiers manquant de personnel l'adoptèrent à l'orphelinat en effet, [pourquoi la présence de ce "en effet" ? Et surtout la manière dont il est placé... Normalement il faudrait mettre soit un point-virgule avant, et une virgule ensuite, ou carrément commencer une autre phrase. Mais le lien cause-effet semble un peu étrange, on s'attendre là à la raison de cet adoption, par rapport au manque de personnel] à cause de la pauvreté peu de personnes adoptent [mauvais temps] des enfants [le village est donc si grand et avec un tel taux d'abandon ? Et j'ajouterais un "et" pour lier la suite de la phrase] la plupart finisse [erreur de temps et personne] dans la rue a mendier. Comme elle était la plus grande [à quelle époque a-t-elle été adoptée ? Puisqu'elle y a été mise bébé... Et surtout que pense-t-elle de ce changement ?], ils l’élevèrent jusqu'à ces seize ans où un évènement va bouleverser sa vie à jamais. [attention, tu perds le lecture et mélange les événements, en parlant de ses 16ans et ce changement, puis d'un coup tu reviens à son adoption. Il faudrait faire dans l'ordre chronologique] A son arrivée à la ferme, elle était plutôt heureuse, il y avait enfin des personnes qui lui parlait. Il [ce ne serait pas plutôt aux propriétaires de le faire plutôt qu'aux gens employés ? Et elle a donc le temps de parler à tout le monde avant qu'on lui présent les locaux ?] lui montrèrent sa chambre : une étable où dorment les chevaux et auxquels s'ajoutent quelques rongeurs gourmands ou affamés. Les premiers jours, elle essaya de s'échapper mais lorsqu'elle fut retrouvée elle fut battue et privée de nourriture [et son ressenti ? Pourquoi tenter de s'échapper alors que tu la décris heureuse d'avoir des personnes qui lui parlent ?]. Pour éviter une nouvelle fugue, un chien féroce était attaché au portail d'entrée [c'est un village pauvre, mais ils ont quand même les moyens de s'acheter un chien de garde juste parce que la fille a fugué ?]. Elle accepta sa nouvelle vie et resta en [mauvais mot pour l'expression] contact des animaux de la ferme avec qui elle s'entendait [elle parle aux animaux ? Et pourquoi pas les autres ? Tu le dis après, mais il faudrait le préciser avant]. Comme à son habitude Yuna se réveillait [avec l'expression au début de la phrase, c'est une indication de changement, et non d'habitude, il faudrait donc trouver autre chose] au chant du coq, au lever du soleil. Elle nourrissait les bêtes, traitait [mauvais verbe] les vaches, faisait sortir les poules... Elle était seule, les autres ouvriers ont quitter la ferme d'un jour à l'autre [le travail se trouve donc facilement ? Si tout le monde est pauvre, pas évident de se faire employer. Ils ne pouvaient donc pas tout simplement l'ignorer ? Et dans ce cas pourquoi être gentils avec elle au départ ? Ils n'avaient pas encore remarqué ce qui les a fait fuir ?]par peur [peur de quoi ? Tu ne le dis pas. Mais du coup, est-ce qu'elle était fui des autres enfants à l'orphelinat ? Et que ressent-elle de ce rejet ? Est-elle habituée, ou est-ce encore très douloureux pour elle ? Cela nous permettrait de savoir si psychologiquement elle est plutôt faible, ou fière, etc...] de la jeune fille.
Une fois ces tâches finies elle pouvait aller en cours, pour faire ce qu'elle adore : étudier. Contrairement à se qu'on [pourquoi cette introduction soudaine du "on", qui implique le lecteur dans l'histoire ? Pourquoi ne pas passer par le point de vue de ton héroïne ?] pourrit penser les fermiers la laissèrent y aller pour qu'elle puisse parle convenablement au acheteurs [des acheteurs ? Donc du commerce ? Il faudrait le préciser avant ! Et ils lui font donc confiance pour s'occuper des transactions ? Un peu étrange de leur part... Surtout que l'école est plus pour enseigner la géographie/l'histoire/la lecture/l'écriture/les mathématiques que le "parler"...].

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1987
Âge : 19

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   Dim 26 Juil - 16:59

En écrivant j'ai pensé à toi Yamata, qui disais que tu ne savais pas vraiment comment développer pour ralentir ton récit, et y faire des pauses. Je t'avais conseiller de faire des descriptions, de lieux ou de pensées des personnages. Je voulais te montrer ce que j'ai fait, pour que tu vois un peu ce qu'il est possible de faire.
Là où j'aurais pu me contenter de mettre "Le Seigneur décida de partir en voyage pour un mois afin de voir comment Rynaro effectuait sa mission." j'ai développé et suis arrivée à :

"Ne sachant comment occuper son temps et passant ses journées à s’ennuyer, le Seigneur décida de partir en voyage. Une sorte de tour du royaume, d’environ un mois, et passant par le plus de villages et communautés possible. Son but premier n’était pas de se faire apprécier et voir sur son passage l’admiration des petites gens, il savait bien qu’il aurait les rangs d’honneur du silence en passant. Et si l’un d’eux osait venir montrer son mécontentement sa garde de Gardiens s’en chargerait. Il souhaitait principalement voir si Rynaro faisait correctement son travail. Bien qu’il soit plus confortable et aisé d’attendre que les nouvelles soient transmises jusqu’au Palais, il doutait d’être mis au courant des moindres faits et gestes des personnes sous son autorité, et la réussite du Mage Impérial, puisque tel était le titre que le Seigneur lui avait offert, ne se mesurait selon le Maître pas au général, mais au petit détail insignifiant justement. Ce qu’il verrait lui donnerait-il pleine satisfaction ? Il ne doutait pas que Rynaro s’investissait et faisait tout son possible pour réussir la mission, car il était le Seigneur, et il avait fait comprendre au Mage qu’il était extrêmement chanceux de se voir accordée une seconde chance après son échec. Ce dernier le savait et avait assuré que la confiance du Grand Dirigeant n’était pas mal placée, avant de se retirer et partir."


Et je n'ai pas encore commencé à parler du voyage à proprement dire, je pense que je vais mêler la description du carrosse et du départ.
J'espère que j'ai pu t'aider, ne serait-ce qu'un peu. Je sais que souvent les exemples sont plus efficaces que les longs discours (et surtout les miens !).

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... ♥
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Majo (récit fantastique)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Majo (récit fantastique)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Majo (récit fantastique)
» Tout simplement fantastique
» [Evénement] La 3ème Fantastique.Convention des Jeux 2008
» des Figurines Football Fantastique
» Costumes (médiéval fantastique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Stories - Forum de Libre RPG :: Vos histoires-

CSS Valide !