Google+



 

Partagez | 
 

 Roselia, tueuse en série

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Emploi/loisirs : Tout ce qui se réfère à l'imagination, jeux vidéo, lecture...
Humeur : Une étincelle d'intérêt dans un orage de morosité
Messages : 86
Âge : 17

MessageSujet: Roselia, tueuse en série   Mer 18 Mai - 21:30

Proposition de RPG




Informations Principales

Titre de votre RPG : Roselia, Tueuse en série
Créateur(s) : Plume Noire, Allancien.

Genre littéraire principal : Policier, thriller
Genre(s) littéraire(s) secondaire(s) (facultatif) : Romance

Tags : police, assassinats, empoisonnement, bombe, réseaux de criminels, prison

Scénario
Une tueuse en série, Roselia, a élu domicile dans une petite ville de campagne qui a la chance de accueillir toutes les fonctions d’une grande ville (hôpital, pompier, police, écoles…). Son premier assassinat a eu lieu lors d’une répétition de théâtre. La scène de menace n’était pas jouée, et à l’aide d’une télécommande connectée à différents pièges, Roselia a réussi à tuer la moitié des forces de police et quelques pompiers ainsi que tous les comédiens dans l’effondrement final du bâtiment. Roselia s’est rendue au commissariat pour porter plainte, afin de ne pas être soupçonnée. Elle rencontre le chef M. Chouette, ainsi que deux autres policiers : Bisc (23 ans, très grand, des muscles à n’en plus finir, rapide et très assidu en ce qui concerne l’entraînement) et Otto (passant son temps à manger, un ventre tellement gros qu’il en est handicapant). Bisc va tomber amoureux de Roselia, qui va s’en servir pour le manipuler. Au cours des péripéties, elle tue M. Chouette, manque de mourir dans l’effondrement du commissariat pendant sa garde à vue, empoissonne tous les individus mangeant à la cantine de la maternelle et de l’école primaire, fait exploser l’hôpital… Bisc commence à nourrir des soupçons sur elle, mais elle s’arrange pour que la ville soit mise en quarantaine. Otto et Bisc sont envoyés respectivement dans un hôtel bas de gamme à la capitale et dans un luxueux hôtel très bien équipé dans la campagne car l’affaire a pris une dimension nationale. Cependant, Roselia a un réseau et depuis sa petite ville elle peut ordonner des crimes. Ainsi, Otto se fait kidnapper et en une journée n’a rien pu avaler. Bisc quant à lui est emmené en montagne pour une randonnée et quand il porte secours à quelqu’un qui tombe dans le vide, tout le monde croit que c’est lui qui a causé cette mort, la scène étant ambiguë. Parallèlement, Roselia se tient parfaitement tranquille dans la petite ville. Les soupçons nationaux se tournent vers Bisc. Nous nous en sommes arrêtés ici.
Précisions

Particularités à préciser pour le déroulement du RPG C'est complètement anarchique, mais c'est mieux si aucun personnage n'est oublié.
Précisions ajoutées par l'auteur : Je vous présente le premier RP (complètement informel : je ne savais pas que c’en était un) auquel  j’ai contribué. C’est avec Plume Noire que ça a commencé, à partir d’une blague, ou quelque chose qui s’en rapproche. Comme il était complètement à l’arrêt, je me suis dit qu’une vision de l’extérieur apporterait une petite touche de neuf. Il n’avait pas de nom, alors j’ai longuement hésité sur le titre. Remerciez Plume Noire et vénérez la.

Personnage(s) cité(s) dans le scénario  Roselia, Bisc, Otto, M. Chouette.
Le(les)quel(s) peu(ven)t être joué(s) ?Tous ! Créez en autant que vous voulez!

Source d'inspiration : "Chut"


Codé par Kao ©

___________
Chaque jour qui passe est un défi à relever. Et pour régner, je dois prouver que personne ne peut m'égaler!

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué?

(Merci Haruka pour cet avatar!)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Tout ce qui se réfère à l'imagination, jeux vidéo, lecture...
Humeur : Une étincelle d'intérêt dans un orage de morosité
Messages : 86
Âge : 17

MessageSujet: Re: Roselia, tueuse en série   Mer 6 Juil - 17:32

Bisc

L’homme, l’accompagnateur, vient de mourir sous mes yeux. Encore un mort. Le pauvre. Il paraissait pour autant si sympathique… Il m’a pourtant aidé à développer ma respiration. Je lui devais beaucoup.
Je me retourne, et je dois faire face au regard accusateur du reste des clients de l’hôtel. Personne n’a vu que c’est lui qui a lâché prise. J’entends quelqu’un appeler la police. Pour moi, sans doute. Sauf qu’instinctivement, je réagis. Je suis policier. Je me précipite auprès de cette personne. Qui prend ma précipitation pour une menace, et aggrave ma situation. Je suis bien plus grand que les gens réunies ici, mais elles m’ont encerclé. Je pourrais me frayer un passage, mais j’ai peur de les blesser.
L’adrénaline me fait réfléchir à toute vitesse. Un tueur ravage ma ville. On m’en écarte pour éviter tout soupçon. On m’accuse de meurtre. On va penser que c’est moi, ce tueur. Je sens pointer un sentiment qui ne m’est pas familier. Je le sens se répandre dans mon sang comme un poison. Il est froid. Je le reconnais, c’est la peur. Mon cœur d’habitude si serein tambourine de toute sa puissance derrière la paroi de mes muscles tendus. Oui, c’est bien la peur. Je ne l’avais pas éprouvée depuis si longtemps…
Si je fuis, on va vraiment me prendre pour le coupable. Je dois rester, et affronter les problèmes qui vont survenir. J’entends déjà une sirène. Ma sirène. Je me sens ailleurs, pétrifié. Les gyrophares m’éblouissent, mais ça ne me dérange pas.
J’ai toujours été dans le droit chemin. J’ai voulu faire de l’ordre et de la justice ma raison de vivre. Mon corps en est la preuve. Et voilà qu’un revirement de situation, un incident minime, la retourne contre moi. Moi qui en suis un disciple assidu. Moi qui ai tout fait pour qu’elle soit respectée. J’ai une pensée pour Roselia. Je n’arrive pas à éprouver de la colère, du ressentiment parce que ma tête est déconnectée. Ma santé si forte et endurante depuis mon plus jeune âge faiblit pour la première fois. Je tombe lourdement, au ralenti, tandis qu’un voile blanc recouvre ma vision. La dernière sensation que j’ai est celle de l’acier froid des menottes autour de mes poignets.

Otto

Il sent qu’il va mourir. Voilà une heure qu’il n’a rien avalé. Son estomac le torture. Il émet des bruits de succions, de gargouillements, dans une tentative de rébellion vaine. Otto, toujours accroché à son poteau, a de plus en plus chaud. La faim le ronge, ce qui le fait transpirer à grosses gouttes. Les cordages qui le maintiennent en place compactent son ventre contre ses poumons et sa respiration est de plus en plus faible. Son volume a presque été divisé par deux par la pression qui lui semble toujours plus forte. Son cœur en souffre, si bien qu’il ne produit plus que quelques battements irréguliers.
Il est debout depuis une heure. Il n’a pas accompli tel exploit depuis… cela remonte à tellement longtemps qu’il ne s’en souvient plus. Il a mal aux pieds, et son sang circule mal dans ses jambes. Il a senti des fourmis, mais elles se sont transformées en guêpes, parce qu’il a l’impression qu’on lui enfonce des aiguilles dans les vaisseaux sanguins. Il tente de se concentrer sur autre, comme maudire ceux qui ont serré si fort ces liens, mais l’agonie de son corps le rappelle aux priorités.
Il est conscient de son… embonpoint. Il pensait mourir d’un infarctus, ou d’une crise cardiaque. Mais non, il mourra par la faute d’une corde trop serrée.

Soudain, son cœur émit un « BOOOM » tonitruant qui le fit vibrer malgré la pression des cordes. Ses pieds se mirent à chauffer atrocement, la tension monta dans tout son corps, pour qu’au final son estomac réponde au coup de canon par un gargouillement abominable.
Suite à ce moment de crise, Otto s’est senti bien mieux. La pression lui parait moins forte, et ses pieds ont retrouvé une température normale. Sa transpiration a diminué et sa faim s’est apaisée, restant tout de même sous-jacente. Quoi que cela ait été, cela lui a été très bénéfique.
Mais il n’a pas le temps de savourer ce soulagement, car il s’est raidi au son des pas qui viennent dans sa direction, et du bruit de la clé dans la serrure de sa cellule.

___________
Chaque jour qui passe est un défi à relever. Et pour régner, je dois prouver que personne ne peut m'égaler!

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué?

(Merci Haruka pour cet avatar!)
Revenir en haut Aller en bas
 
Roselia, tueuse en série
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alerte à la bactérie tueuse en Allemagne
» [RESOLU] Je vais me reconvertir en tueuse de lapin.........
» lame serpent tueuse
» femme tueuse
» une grosse léchouille pour la langue tueuse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Stories - Forum de Libre RPG :: Entrez dans l'aventure ! :: Horreur ● Policier :: Policier-

CSS Valide !