Google+



 

Partagez | 
 

 King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage


Messages : 1675

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 10 Juil - 11:33

"Ma pauvre petite, ce que tu ne comprends pas, c'est que s'il y a d'autres King's Game, Haruka en fera partie jusqu'à ce qu'elle meure. Cet être est sadique. Et il y a plusieurs preuves de ma bonne fois. N'ai-je pas ressusciter tous ceux qui avaient été tués par le Roi dernièrement ? Et la dernière preuve arrive dans un claquement de doigts."
Comme énoncé, Raito claqua des doigts et dans sa main gauche apparut trois comprimés du médicament dont Haruka avait besoin. Le nom était clairement marqué sur la partie en aluminium qui les protégeait de l'humidité.
"Va donc lui donner."
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 10 Juil - 11:39

Je ramène mes jambes contre moi pour m’asseoir en tailleur sur le meuble. Si elle croit m'impressionner, ou m'ébranler avec ses tours de passe-passe...

"Tu dis qu'elle en fera partie jusqu'à sa mort, mais il y a des personnes qui n'ont dû vivre qu'un King's Game. Donc dommage, mais ton argument ne marche pas. Pour les personnes ramenées à la vie, rien ne dit que tu t'en sers pas comme pions pour les faire retourner chez les morts ensuite. Et certains vont mourir une seconde, ou peut-être deuxième fois. Quant aux médicaments, rien ne me garantit non plus que ce sont vraiment les médicaments. Désolée pour toi... en fait non, je ne m'en excuse pas du tout, mais je ne suis pas non plus du genre... comment dire... gamine naïve qui obéit à la moindre chose."

Elle a le droit à un sourire moqueur de ma part.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Être fou
Humeur : Fou et tout simplement fou
Messages : 1675
Âge : 18

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 10 Juil - 12:00

"Je vois et entends tes pensées comme si tu les hurlais sur les toits. Crois-tu sincèrement que des tours de passe-passe ramènent les gens à la vie ? Comment crois-tu que tu as pu reprendre une forme humaine ma pauvre petite humaine ?
Tu t'en prends à la personne qui tente de t'apporter une aide. Tu t'en prends à une divinité. Sais-tu réellement qui je suis petite chose fragile ? Coquille humaine ayant perdu toute raison ?"
Raito s'approcha dangereusement d'Ayaka et désintégra le meuble sur lequel elle se trouvait.
"Tu viens de me mettre d'une humeur assez mauvaise. Continue, et en effet une personne revenue d'entre les morts y retournera bien rapidement."
La déesse attrapa Ayaka par la gorge et la souleva du sol. Autour de la mage à la chevelure blonde, le sol commence à s'effriter avant de littéralement s'effondrer. Un trou béant était visible et de l'autre côté n'était visible que le noir absolu. Déplaçant la jeune effrontée, elle menaça de la lâcher dans le trou.
"Crois-tu toujours que ce sont des tours de passe passe, pauvre humaine paranoïaque et stupide ? Oui je suis violente quand on me met hors de moi, mais sache que je ne compte pas te tuer, je suis ici pour vous aider. Rentre-le dans ton crâne de mouche !"
Raito fit apparaître une chaise et y jeta Ayaka. La pièce fut inondée d'une lumière blanche, et le trou disparu.
"Bien, où en étions-nous ?"

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     La vie est dure, nous avons beau cherché à la rendre meilleure, il suffit d'un instant d'inattention, un seul moment où nous n'agissons plus pour qu'une flamme s'éteigne.
     Le temps file, parfois lentement d'autre fois rapidement. Mais pourquoi doit-il en plus de ça tout détruire sur son chemin. Tout est éphémère malgré les dires des autres. Une amitié finie toujours par mourir sans aucune raison apparente.
     Nous sommes nos propres démons, mais se combattre est inutile, le seul moyen de vaincre l'ennemi est de le connaître ainsi que de le comprendre. Connaissez-vous, écoutez-vous, respectez-vous, comprenez-vous mais surtout, ne vous blessez pas, une plaie béante et irréparable ferait son apparition au fond de vous.
     Tu cours, tu cours pour échapper à ton destin. Retourne-toi et affronte-le. La meilleur façon de vivre est de survivre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 10 Juil - 12:29

Je suis un peu étonnée de la force qu'elle a. Mais je n'essaie pas de me débattre, je me contente de la laisser parler en la fixant d'un œil mauvais. Quand elle me jette sur la chaise, elle a toujours le droit au même regard de défi. Elle peut lire dans mes pensées ? Eh bien parfait, ça me fera économiser ma salive ! Parce que si elle veut que je m'agenouille devant elle, ou éprouver de la crainte, elle peut se brosser ! Je ne suis pas le genre à se laisser faire quand une inconnue débarque et me dit "obéis-moi" en essayant de me faire peur. Vas-y, renvoie-moi chez les morts, je m'en contrefous à ce stade-là ! Si tu crois que c'est un moyen de pression sur moi...
Je me lève de la chaise, et reprends la même position qu'auparavant, mais sur un lit, avec un sourire de courtoisie sarcastique.

"C'était à Yosuke de parler, mais tu lui as pris son tour. Peut-être que maintenant il va pouvoir s'exprimer librement et en toute tranquillité ?"

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Jeu 27 Aoû - 21:50

PDV Chiemi.

"Reste là, Haruka ne doit pas quitter cette pièce !"

Je la regarde filer dans les couloirs, ebahie non seulement par l'idiotie qu'elle vient de me sortir, mais aussi par la vitesse avec la qu'elle elle détale. Où ? Je n'en ai aucunes idées.

- C'est comme si elle ne m'avait pas écouté ! Cette fille n'est vraiment pas possible...

Je me laisse glisser contre le mur, et jette un oeil par la porte restée entrouverte. La chambre est plongée dans le noir, et rien ne semble bouger. En tendant l'oreille, je peux diserner la respiration laborieuse d'Haruka. Je lève le bras et me saisi de la poignée, pour fermer la porte avec précaution.
De longues minutes passent mais Ayaka ne revient toujours pas. Je commence à perdre patience, me demandant si je ne ferais pas mieux de partir pour... Eh bien... Je ne sais pas trop. Comme par reflexes, mes pensées se dirigent vers Misa. Que fait-elle, maintenant ? Et tant que nous sommes dans les interrogations la concernant, pourquoi me revient-elle toujours à l'esprit ? Et pourquoi est-elle toujours accompagnée d'un tumulte de questions sans aucunes ombres de reponses ? Je n'ai pas vraiment envie d'en trouver, cependant. J'ai peur de ce qu'elles pourraient être. J'aimerais qu'elle me dise la vérité, mais d'un autre côté, j'aimerais aussi qu'elle la garde pour elle. Au bonheur de qui dois-je penser à présent ? Pour le bien de qui dois-je vivre, si ce n'est pour le sien ? C'est triste à dire, mais cela fait longtemps déjà que je ne sais plus comment vivre pour moi même. Je n'arrive pas à me rappeller comment je vivais avant elle, et cela me fait très peur. Je ne sais pas du tout comment réagir. J'espère juste que je pourrais toujours rester son amie. Quand bien même l'idée de n'être que cela pour elle me rende malade... je pense que je pourrais oublier ces sentiments petit à petit, jusqu'à ce qu'ils n'entravent plus notre relation. Je suis consciente qu'ils ne disparaitront jamais vraiment. Ceci a était mon précieux et douloureux premier amour, après tout.

Je suis tirée de ma rêverie par des voix venant de l'autre côté du couloirs. Intriguée, et prête à tout pour me changer les idées, je me faufile jusqu'à l'angle et jette un coup d'oeil. Misa se trouve la, quasiment collé à Ono. Je ne suis pas très surprise de voir celui si, même si le voir si près de Misa me fait tout de même un petit coup au coeur. Decidant que j'en ai assez vu, je m'apprête à retourner à ma place près de la porte en priant pour qu'ils ne viennent pas par ici, quand j'entends un petit bruit strident. C'est ma chaussure qui a glissé sur le carrelage. Je relève la tête et voit les visage de Misa, très pâle et de Ono, un sourcil levé, tournés dans ma direction. Je toussote en prenant bien soin d'éviter le regard de Misa, leur adresse un vague signe de la main avant de commencer à me retourner pour retourner en face de la porte. Peut-être même qu'une fois arrivée la bas, je rentrerais dans la chambre. Je n'ai pas envie de les croiser pendant leurs flirt...

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Lun 31 Aoû - 22:56

PDV Misa :



"Mais enfin... que... qu'est-ce que tu fais là ?
-Je n'en sais rien. Je pensais que tu pourrais m'éclairer. Même s'il est vrai que je ne savais pas que tu étais là... et surtout en vie. Alors j'attends une explication."

Je ne me sens pas très bien. J'essaie de partir, mais il me retient parle bras, assez fermement, et me met dos au mur pour ne pas que je puisse partir. Je soupire, regarde le sol et prend une grande inspiration :

"Je... je ne sais pas encore vraiment comment ni qui, mais on m'a ramenée à la vie."

Je mens un peu, je sais qui est le responsable. Mais je n'ai pas envie de toute dévoiler, sans savoir pourquoi. Il se tait puis reprend :

"Je vois... Et donc, que se passe-t-il ici ma chère Misa ?
-Je... Ça recommence. Un autre King's Game. Ici.
-Donc on m'a téléporté alors que j'étais occupé, pour que je sois une nouvelle victime de cette horreur ?
-Il faut croire. Mais je ne sais pas pourquoi... Je suis désolée, je n'ai pas demandé que tu viennes et..."

Je me tais, ne sachant pas quoi ajouter. J'ai senti que parler du King's Game m'a fait blêmir. Et le fait qu'Itsuo ait pris une mèche de mes cheveux entre ses doigts n'arrange rien. Soudain un bruit strident nous fait tourner la tête en même temps, dans la même direction. Je croise son regard. Indéchiffrable. Elle se contente de tourner le dos et repartir.

"Chiemi..."

Est-ce simplement dans mon esprit ou ai-je vraiment murmuré son nom ? Je commence à avancer, mais Itsuo me retient par le bras. Je lui lance un regard étonné.

"Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais vu sa tête, la seule chose dont elle a besoin est de tranquillité, et surtout pas que tu ailles la rejoindre. C'est pourtant clair..."

Je me fiche pas mal de ce qu'il a à dire, et me dégage assez rudement. J'avance, mais mes jambes ne veulent que marcher. Et encore, je dois me concentrer pour ne pas qu'elles s'arrêtent. On dirait qu'elle ne m'entend pas. Je tends le bras, je suis sur le point d'effleurer sa manche, quand la porte claque, séparation bien réelle cette fois. Est-ce de ma faute, à cause de ma fuite ? Ou même de ce qui s'est passé... avant... dans la chambre... ? Je tremble un peu en glissant et me retrouvant à genoux, sanglotant devant la porte, essayant de ne pas faire de bruit. Itsuo me rejoint et pose sa main sur mon épaule. J'essaie de me dégager d'un mouvement, mais c'est tout juste si j'arrive à hausser l'épaule. Il se penche pour me murmurer à l'oreille :

"je te l'avais dit... Allez, les choses vont s'arranger. Mais seulement si tu fais ce qu'il faut pour. Je vais visiter un peu le bâtiment. On n'a qu'à se retrouver dans la salle commune plus tard, quand tu seras calmée, comme ça tu pourras clairement m'expliquer ce qu'il s'est passé depuis la dernière fois qu'on s'est vus... à l'internat."

Il se lève et part, sans même me demander si je suis d'accord. On dirait plutôt une sorte d'ordre, comme on en donne aux petits enfants qui ne sont pas encore capables d'être autonomes. Mais suis-je vraiment indépendante ? Ne serais-je pas toujours cette petite fille coincée dans un corps qui a grandi sans l'attendre ? Je reste à me morfondre devant la porte.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Gneuh.
Messages : 2145

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Lun 30 Nov - 12:11

Yôsuke

Une fois mes proches sortis de la pièce, Ayaka détourne le regard et semble frissonner dans l’élan de ses paroles. Toujours aussi froides soient-elles, elles semblent cacher un étrange sentiment que je ne saurais décrire.

C’est alors que dans une presque insoupçonnable hésitation, et dans le dégoût le plus profond, elle m’explique qu’Haruka est une personne malade, ayant besoin d’un traitement d’une grande importance, et cela dans un contexte quasiment « vital ». Si je le sais ? Bien sûr que je le sais. C’est d’ailleurs l’un des dossiers qui m’a le plus intrigué, voir perturbé. Certains médecins restent totalement impassibles face à toutes ses choses, c’est surtout avec l’habitude. Mais, par malheur, je ne suis pas encore sur le point de rester impassible face à tout ça, même si mes études ont étaient longues et périlleuses.

Ayaka s’arrête, puis reprend avec un regard semblant caché une barrière d’émotion à l’intérieur d’elle-même. Elle ajoute que suite à l’ordre donné, le roi avait fait un semblant de pacte avec elle consistant à couper l’un des bras d’Haruka, avec un temps imposé pour pouvoir sauver la blessure. Bien qu’Ayaka soit déterminée à sauver cette personne, semblant chère à son cœur, ce serait presque un pas dans le vide et un risque à niveau indéterminé.
Ma salive me manque pour répondre à ses mots tout comme l’oxygène manque à Ayaka. Mon estomac se tord dans l’angoisse quand un soudain rire parvient à mes oreilles. Aussi insignifiant soit-il, son auteur ajoute à celui-ci que le roi pourrait prendre les idées, qu’elle avait cité précédemment, comme de la triche.
Je dévisage Ayaka, prit au dépourvu, quand celle-ci soutient froidement mon regard, avant d’entonné d’une voix menaçante :

« Finalement, tu as le droit de me juger. Je sais que je ne peux pas t'en empêcher. Mais tu es aussi obligé de prendre en compte mes motivations. Et là, c'est la vie d'Haruka. Seulement, je sais qu'après je ne serai plus capable de la regarder en face. Je te charge de veiller sur elle, et surtout t'assurer qu'elle prenne bien ses médicaments. Tu n'as pas le droit de refuser. Et non, je ne te dirai pas ce que je compte faire. Rien de dangereux ou débile, rassure-toi. Alors, ta réponse mon petit Yosuke ? »

Les mots me manquent et la tournure de cette histoire me donne la sensation de tomber dans un trou sans fond. Les mains collées aux deux extrémités de mon crâne, je peine à réfléchir alors que mon corps transpire de toutes parts. Sortant la tête de mes pensées, je remarque le loquet de la porte bougé, mais sans réussite pour l’ouvrir. Un patient curieux ? Non. Une femme. Aussi étrange qu’effrayante par sa silhouette qui traverse la porte sans encombre. Secouant la tête, elle nous considère silencieusement avant de prononcer ses mots d’une voix hautaine.
Dans son grand monologue, elle exprime sa vision du monde actuel, avant d’expliquer sa volonté de nous aider. Ses diverses propositions me paraissent impossibles, je ne vois qu’en elle l’image d’une farce aussi effrayante et douteuse que tout simplement stupide.
La femme, de sa main, tend ensuite deux amulettes aux formes étranges pour Ayaka et moi-même. Je me contente de poser celle qui m’est décernée au sol, quand soudainement, la porte s’ouvre pour laisser entrer un patient, ce patient au nom de Rai Ichijo.

Je n’ai qu’à peine le temps de m’exprimer qu’Ayaka me fixe sévèrement. Mais, le silence s’étalant sur plusieurs minutes, elle prit la parole, d’impatience et de colère, pour dire qu’il n’y avait aucune preuve à accepter l’aide de cette soi-disant divinité. Elle sort les mots de sa bouche comme une mitrailleuse, sans parfois réfléchir, pour finalement revenir à cette histoire de choix. Mais Ayaka ne choisit pas, de nouveau elle me laisse la couronne, mais c’est de très mauvais goût, comme d’habitude.
La femme à la silhouette presque fugitive répondit à ma place en expliquant le contraire des mots dits d’Ayaka, puis se disant bienfaiteur de la venue des anciens morts en ces lieux. Bienfaiteur ? La colère me prend à la gorge. Depuis quand est-ce bien de faire vivre un véritable enfer à ces personnes qui n’ont rien demander ?
Je fais un pas en sa direction mais, voyant les médicaments apparaître comme par magie dans sa main, je recule, abasourdit. Je secoue la tête, regardant une à une Ayaka et la déesse. Alors que je ne sais plus quoi penser, Ayaka semble toujours aussi retissante aux propositions de la femme. Mais comme précédemment, celle-ci répond au contraire de ses paroles. Sauf que la colère est bien plus présente, tellement que la déesse en vient aux mains, tenant Ayaka d’une seule de celles-ci au-dessus d’un trou totalement vide. De nouveau, je recule jusqu’à coller mon dos à la jointure du sol et du mur de la pièce, prit d’une stupeur sans retour.
Suite à ses menaces, la dite divinité jeta Ayaka sur une chaise placée non loin d’elle avant de refermer le trou dans une lumière éblouissante.

Après un bref instant de silence, c’est dans un sourire sarcastique qu’Ayaka me donne la parole, sans contrainte, alors que les regards se tournent en ma direction.
Sortant peu à peu de ma paralysie, je m’essouffle et je regarde dans le vide à plusieurs endroits de la pièce sans quelconque but précis. Ou quoi que, si. J’ai envie de sortir de là au plus vite, tellement cette histoire m’a emplie d’une haine sans précédent ni faille. Mais, avant de partir, je vais profiter de mon temps de parole. Ainsi, je me lève doucement, manquant de glisser à plusieurs reprises avec mes mains moites sur le mur. Une fois sur mes deux jambes, je me dirige d’un pas déterminé vers la personne n’ayant usé que trop peu de sa parole depuis le début de cette histoire. Ne me rendent pas compte de la présence de la déesse, je traverse sa forme éthérée pour me placer en face de lui, Rai.

« Tout ça… »

Ma voix devient roque et je peine à prononcer mes mots. Mais la colère ne me ralentit pas, si bien que ma main vient à plaquer le garçon contre le mur de derrière avec force. Je sers les dents, tentant de contrôler ma respiration.

« Tout ça, c’est de ta faute. Certes tu es un patient semblant innocent au premier abord, mais ça, cette chose, cette divinité, comme elle le dit si bien : pourquoi elle ne met pas définitivement fin à tout ça, hun ?! »

Je montre du doigt la femme, du long de mon bras qui, je crois, doit trembler énormément, puis je resserre mon point sur le col du patient, fixant son regard sans retenue et sans que le miens ne vienne à regarder autre part.

« A la place de ses propositions stupides, elle devrait pouvoir faire bien plus. Les gens de ce centre ne sont pas des jouets, ni pour elle, ni pour ce roi qui ne penses qu’à faire des atrocités ici depuis déjà trop longtemps. Crois-moi. »

Je lâche prise en dévisageant Rai, puis je me retourne légèrement, toisant le visage d’Ayaka, avant de m’adresser à la déesse.

« Si vous êtes incapable de mettre fin à tout ça et bien… sauvez les gens qui en ont le plus besoin. »

J’indique d’un mouvement de tête la plaquette de médicament dans sa main, avant d’ouvrir la porte et de sortir de la pièce. Je n’ai d’autres choix que de marcher le long du couloir, les yeux fixés sur le sol. Mon front reste humide et ma bouche pâteuse, mes yeux semblent plongés dans un interminable questionnement concernant la suite des événements, bien que j’aimerais ne plus y pensé.

« Yôsuke ? »

Je tourne la tête vers cette voix que je connais si bien. Kana, elle se dirigea vers moi et n’eut qu’à peine le temps de dire autre chose que je me laisse glisser contre le mur, la bouche tremblante, voulant camoufler un sanglot. Les bras ballants, comme inertes, touchant le sol ne peuvent accompagner mes mots :

« Si tu savais comment j’aimerais que tout redevienne comme avant. Comme ça, nos parents seraient tranquilles et personnes d’autres n’auraient de problèmes. Si tu savais… Je crois que je vais devenir fou…
- Je suis du même avis, mais… je suis là maintenant, et puisque nous sommes à deux, on sera plus fort, tu le connais ce proverbe, non ? Ensemble nous serons plus forts, crois-moi.
»

Son regard innocent me transperce de part en part et je ne trouve rien à y répondre. Je la regarde se lever, avant qu’elle n’ajoute :

« Un peu à manger te redonneras du courage, et pour moi aussi ! »

**
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Être fou
Humeur : Fou et tout simplement fou
Messages : 1675
Âge : 18

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 1 Mar - 18:55

Raito disparu soudainement et Hideki tomba inconscient.
Une seconde plus tard Raito était de retour dans une autre aile de l'asile et parlait avec Misa. Cependant cette dernière semblait différente de d'habitude...

(Merdo à toi)

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     La vie est dure, nous avons beau cherché à la rendre meilleure, il suffit d'un instant d'inattention, un seul moment où nous n'agissons plus pour qu'une flamme s'éteigne.
     Le temps file, parfois lentement d'autre fois rapidement. Mais pourquoi doit-il en plus de ça tout détruire sur son chemin. Tout est éphémère malgré les dires des autres. Une amitié finie toujours par mourir sans aucune raison apparente.
     Nous sommes nos propres démons, mais se combattre est inutile, le seul moyen de vaincre l'ennemi est de le connaître ainsi que de le comprendre. Connaissez-vous, écoutez-vous, respectez-vous, comprenez-vous mais surtout, ne vous blessez pas, une plaie béante et irréparable ferait son apparition au fond de vous.
     Tu cours, tu cours pour échapper à ton destin. Retourne-toi et affronte-le. La meilleur façon de vivre est de survivre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 5 Juin - 19:17

Bon, au vu de mon nombre de personnages je vais y aller progressivement, sinon je pourrais presque continuer toute l'histoire à moi toute seule xd


PDV Misa :


"Bien sûr oui, je comprends. J'essaierai de faire tout mon possible pour y parvenir Raito."

La déesse disparaît ensuite, un sourire satisfait au visage. Misa repense au contenu de leur conversation. Elle est un peu surprise de ce qui lui a été révélé, mais elle va se tenir au plan qui a été mis en place. Le but est après tout d'abattre le Roi, et c'est le moyen le plus certain d'y parvenir, tout en préservant les autres participants autant que possible. La première étape est assez simple, la suite sera à coup sûr plus complexe, mais elle est certaine d'y arriver, compte tenu des états psychologiques dans lesquels tous se trouvaient. Elle se demande tout de même si tout lui a été dit, ou si certaines choses ont été masquées ou modifiées. Mais cela lui importe peu.
Elle part en direction des chambres. En chemin elle croise quelques patients, et quand l'un d'eux perd l'équilibre elle l'esquive aisément, et rattrape également le pot de fleurs avant qu'il ne s'écrase au sol, le reposant ensuite sur une table plus loin. Les gens semblent vraiment aimer les décorations florales dans ce lieu, ou leur attribuer un quelconque pouvoir mystique. Comme prévu, elle est là, à pleurer contre la porte. S'approchant doucement par derrière, elle lui plaque soudain la main sur la bouche pour l'empêcher de faire le moindre bruit. Elle se penche contre son oreille et se met à murmurer, distinctement :

"Misa, si tu veux que tout se passe bien, contente-toi de rejoindre Itsuo, comme il te l'a dit, à la salle commune, et lui exposer la situation. Omets juste mon existence, sinon certaines choses pourraient très mal tourner, notamment en ce qui concerne Chiemi... Maintenant vas-y ! Et en silence !"

Toujours en la maintenant elle la force à se lever et s'écarter de la porte. Elle serait capable de tomber dessus et l'ouvrir, et c'est la dernière chose qui devrait arriver en cet instant. Puis elle la fait reculer, et la pousse en avant dans le couloir. Elle jette un rapide coup d'oeil en arrière, mais suite à son geste se met à avancer. Elle est assez soumise, donc elle sait qu'elle va lui obéir sans souci. De son côté, elle se concentre pour que l'expression adéquate apparaisse sur son visage, puis elle appuie sur la poignée et ouvre la porte.

"Chiemi..."

L'autre fille lui tourne le dos, au fond de la pièce. Elle s'avance vers elle, s'agenouille dans son dos et passe ses bras autour de son cou, pour ensuite mettre son menton sur son épaule.

"Chiemi... Tu me connais. Je ne suis pas comme ça. Enfin ce que tu as vu... Ce n'était pas la situation. Il m'a coincée là, je ne pouvais pas bouger. Et il avait l'air de s'en amuser. Moi je ne voulais pas. Tu dois me croire. Si jamais il y a eu quelque chose entre nous, c'était à l'internat, il y a longtemps, avant que tout commence. Et quand je dis "quelque chose", ce serait plus au sens ami... Enfin rien de plus. Je crois. Je ne sais pas, je n'y ai jamais vraiment pensé. Et depuis beaucoup de choses se sont produites. Et... je ne sais pas si ça te convaincras mais si le dernier ordre l'avait concerné, s'il avait été à ta place, je ne l'aurais pas fait. S'il-te-plait, crois-moi, j'ai besoin de toi ma Chiemi. La Misa que tu as connue est toujours la même, je n'ai pas changée. Ne va pas croire que la présence d'Itsuo va modifier quelque chose, car si je devais choisir entre vous, ce serait toi, pas lui... Depuis qu'on s'est retrouvées, je n'ai jamais été capable toute seule de créer autre chose que des problèmes. Et tu sais, quand j'étais... enfin... les premiers temps ici, quand tu... quand j'étais encore un fantôme. J'avais tellement envie de te rejoindre, parler avec toi, être contre toi. C'était douloureux. Très. Alors maintenant que je peux avoir une deuxième chance, je ne veux plus faire d'erreurs. J'ai eu le temps de réfléchir et faire des choix. Chiemi..."

Elle la serre un peu plus, légèrement tremblante, au bord des larmes, qu'elle arrive difficilement à contenir.

PDV Ayaka :


Le temps passe, et je ne sais toujours pas quoi faire. Et bien sûr Yosuke est reparti roucouler dans les bras de sa belle, et l'autre a décidé de s'octroyer une petite sieste... Tous les hommes sont aussi faibles ? J'attrape Hideki et le hisse difficilement sur un lit. Il est plus lourd que ce qu'il parait. Mais bon, pour avoir dormi par terre plusieurs fois, je préfère un lit. J'imagine que lui aussi. Puis je fixe la boîte mise en évidence sur l'une des tables. Peser le pour et le contre. Si je le fais et que c'est vrai, elle vit. Ou alors elle devient aveugle, le Roi décidant que l'ordre n'a pas été exécuté. Mais peut-être que la vue lui sera rendue. Je l'imagine difficilement vivre sans ne plus rien voir. Mais si c'est faux, elle risque soit l'aveuglement, soit la mort par les substances. Et je doute qu'elle soit ramenée à la vie dans ce cas, c'est complètement illogique. Si je ne le fais pas, pas de médicaments, elle deviendra aveugle et mourra. Elle sera peut-être ramenée à la vie, mais c'est incertain, et je voudrais quand même lui épargner l'expérience de la mort, c'est assez... particulier. Et comme elle panique assez facilement, elle sera effrayée par ce qu'elle verra. Dans tous les cas, ce n'est pas agréable. Ou alors je lui coupe le bras. Mais à encore deux options : pas de médicament et la mort, ou les médicaments mais une vie avec une main en moins. Si elle ne meurt pas d'hémorragie.
Dans le pire des cas, quelles sont mes options ? Aller tuer une par une toutes les personnes présentes ici, puis passer le lieu au peigne fin afin de trouver le roi ?
Avec un soupir de résignation je me dirige vers la chambre où je l'ai laissée, décidant de faire un détour par la cuisine, pour peut-être prendre quelque chose à manger. Quand j'arrive dans le réfectoire, je ne sais pas pourquoi la première chose que je vois est le petit couple de Yosuke assis à une table. Les voir ensemble me coupe immédiatement l'appétit. J'essaie de ne pas me faire remarquer, me contentant d'attraper une petite bouteille de jus de fruit, et éviter les patients qui ne contrôlent pas leur trajectoire. D'un pas rapide je traverse la pièce, le regard fixé sur la porte, et rien d'autre.
Une fois enfin parvenue au niveau de la chambre, j'ouvre la porte, et sourcille en voyant Misa contre Chiemi. Décidément, tous les couples ont décidé de s'afficher aujourd'hui... Haru est là, elle de dit rien. Je me demande si elle est encore vraiment totalement consciente de la réalité autour d'elle... Son état se dégrade très vite. à l'aide du jus de fruits lui fais avaler de force trois des comprimés. J'espère vraiment que ça va marcher, sinon je devrais retourner dans la cuisine prendre des couteaux. Et la petite amie de Yosuke sera la première sur la liste. Le Roi ne pourra pas me stopper. Maintenant, il ne me reste plus qu'à attendre. Je sais que la durée moyenne d'action est de trente minutes. Le verdict tombera dans une demi-heure. D'ici là... Il n'y a rien à faire. Je décide d'emmener Haruka dans une autre chambre. Sur le chemin un jeune patient crie "MAMAN" et se jette sur nous. Je me mets de dos pour encaisser le choc, et prends sur moi pour juste continuer mon chemin sans l'envoyer voler contre un mur. On va dire que ce n'est pas vraiment sa faute... L'aile administrative offre de bonnes chambres, puisque c'est là où les infirmiers étaient logés. Une fois installée, je me dirige vers la fenêtre que j'ouvre en grand, et m'assois sur le petit rebord, les jambes dans le vide. A attendre.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Dernière édition par Plume Noire le Dim 15 Jan - 1:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Tout ce qui se réfère à l'imagination, jeux vidéo, lecture...
Humeur : Une étincelle d'intérêt dans un orage de morosité
Messages : 86
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 28 Juin - 21:18

Aujourd’hui, c’est mon quinzième anniversaire. Je suis dans une chambre que j’ai choisie pour son manque de fréquentation. Je ne  veux personne avec moi en cet instant. Je ne supporte plus les cris, les blessés, et même les cadavres comme celui que j’ai retrouvé juste devant ma chambre en ouvrant ma porte un matin et que personne n’a voulu enlever. Je ne veux surtout pas entendre « Joyeux anniversaire Hiroshi Takizawa ! ». Parce qu’il est tout sauf joyeux. Je me retrouve avec un morceau de biscuit en tant que gâteau d’anniversaire et aussi mon seul repas depuis deux jours, les aliments étant monopolisés par des gens plus forts que moi. Je suis de constitution chétive, voire fragile, je dois le reconnaître.

Cela fait un an qu’on m’a interné ici. Tout juste un an. Mes parents sont morts à cause d’un attentat terroriste, et le jour de l’enterrement, j’ai souhaité ardemment les rejoindre. Il n’y avait pas que l’amour que je leur portais et porte encore qui entrait en jeu, mais aussi le fait que ma tête était inondée sous des flots de tristesse. Ils me faisaient tourbillonner, et me faisaient l’effet de coups. C’est à partir de ce jour que je me suis rendu compte que je n’étais plus seul. Je ressentais les émotions, je comprenais avec une plus ou moins grande clarté les intentions des gens. En l’occurrence, mon chagrin était amplifié par l‘ambiance du deuil.
Après leur décès, ma tante m’a recueilli. Je ne suis pas resté chez elle plus d’un trimestre. Je restai prostré dans ma chambre, constamment en train de souffrir. J’éprouvais, au sens propre du terme, ce que chacun vivait autour de moi. J’endurais et endure toujours les vents violents des sentiments. C’est pourquoi ma tante me croyant fou m’a emmené ici. Elle dit qu’elle m’aime beaucoup, mais je ne la crois pas. Elle est riche, elle paye sans problème ma pension. En plus, les médecins me surveillent, me surveillaient plutôt, très scrupuleusement car j’étais classé comme « cas désespéré ».
Me voici donc ici, dans cet asile, avec des médecins qui me surveillent, me surveillaient plutôt, très scrupuleusement et qui m’avaient classé comme « cas désespéré ». Je suis entouré de personnes ayant perdu la raison et à des degrés différents. Je vois ce qu’ils ressentent, j’entends des bribes d'idées qui leur passent par la tête. C’est effrayant. Je ne dors que de fatigue, car mes cauchemars me tiennent éveillés et que même endormi, je perçois encore leurs émotions. Le seul avantage que j’en ai retiré a été d’apprendre à travers les images que m’envoient leurs esprits que les fantômes existent.

J’ai toujours eu le talent de disparaître, de passer inaperçu, même quand je suis seul dans une salle. Une fois, Yôsuke est venu prendre sa douche alors que j’étais dans la salle de bain. Je suis parti en courant, et j’ai fermé la porte, mais il n’a tout de même rien remarqué.
Ici, je pense que ce don est une bénédiction. Je ne peux pas être la cible du courroux d’Ayaka. Cela m’a permis d’identifier certaines personnes relativement saines d’esprit, comme Haruka, ou encore Misa et justement Yôsuke. Je peux en effet les suivre et faire en sorte d’être assez proche pour que leurs esprits pénètrent le mien. C’est comme s’infliger à soi-même une torture. Puisque je suis condamné à souffrir, autant que cela me serve. J’ai ainsi pu discerner les intentions de ces personnes et les classifier « bonnes ». J’hésite toujours pour Chiemi et Ayaka. Je ne sais si leurs motivations justifient leurs comportements.
J’ai bien envie de me présenter à ce groupe de « bonnes » personnes. Car j’ai l’impression que ce sont elles qui vont faire arrêter l’enfer du jeu du Roi. C’est encore plus insupportable depuis qu’autant de personnes ont été amenées ici. De un je me fais balayer dans tous les sens quand la densité de population est aussi forte, de deux j’ai peur qu’il y ait encore plus de morts et de devoir vivre chacune d’elles, chaque douleur et panique par le biais de l’esprit des victimes.

Hideki est une personne très particulère. Je l’ai apprécié dès que je l’ai rencontré, Sans doute parce qu’il m’offre du repos. Quand il est là, la brume des émotions se lève et je souffre moins. J’ai pu distinguer ses intentions parce que son esprit pénètre sans difficulté dans le mien, bien qu’il s’efforce de le retenir. A chacun de ses essais, la dame, une déesse, Raito, me sourit et s’en amuse. Elle, elle connaît ma forme physique, mais je crois que Rai ou Hideki (j’ai dû mal à savoir qui il est car personne ne l’appelle de la même façon) ne connaît que le goût de mon esprit. Par contre, Raito conserve toujours ses pensées, c’est pourquoi je la crois quand elle dit que c’est une déesse, car personne d’autre n’y arrive.
Le don d’Hideki diffère du mien. Lui peut projeter à sa guise son esprit dans les pensées des gens et distinguer clairement chacune des idées qui trottent dans la tête de chacun, sans limite, quand moi je me contente d’être une bouche d’égout. Les émotions des gens viennent à moi, et je n’ai pas de moyen de les empêcher. Et chaque fois qu’elles me pénètrent, c’est comme si c’était un poison. Je souffre. Lui n’a aucune douleur. Ce qui est étrange, et aussi ce que je trouve le plus drôle, c’est que nous lisons l’un dans l’autre. Ainsi j’ai pu comprendre qu’il éprouve une profonde sympathie pour moi. Je le considère comme un ami, bien qu’il n’ait jamais remarqué ma présence physique, car malheureusement, le monde des émotions n’a pas les mêmes dimensions que le monde physique et les distances sont très différentes. J’ai donc deux « amis ». Lui et un autre, Genichi Hasegawa.

Genichi Hasegawa, c’est tout mon contraire physiquement. Il a 17 ans, il est grand, athlétique, et même beau. Je sais que c’est accentué parce qu’il est entretenu. Je n’ose pas dire qu’il s’entretient car… ce ne serait pas vrai. Genichi est, comment dire… schizophrène, mais c’est assez particulier. Il est très gentil, et il est très… eh bien il est gentil, généreux, doux et attentionné, mais il est aussi tout le contraire. Ce n’est pas sa faute. Son trouble s’est progressivement développé, jusqu’à ce qu’il prenne une ampleur suffisante pour qu’il soit envoyé dans cet asile. J’ai appris à apprécier ce garçon.
Genichi est de temps en temps poussé par son autre lui à faire des choses qu’il ne veut pas faire.  Il est invectivé, menacé, frappé. Je vis tout ça à travers son esprit. Quand je suis avec lui, c’est comme si je voyais double. Genichi, et l’autre se disputent parfois, et ça se termine souvent par la violence. Mais Genichi est de plus en plus résistant face à lui-même.

Mais là, maintenant, j’ai souhaité m’isoler. Je ne suis pas éloigné de l’aile d’isolement, donc peu de personnes, en fait personne, ne passent dans les couloirs. Je suis seul dans ma tête. Je suis moi-même. C’est un moment de plénitude, d’autant plus plein que je vais pouvoir me remplir le ventre. Je salive énormément, et je renifle l’odeur du chocolat comme le remède à tous les maux. Je croque et dès la première bouchée, après que le fabuleux arôme enivre mes papilles, je sens le vertige de la préoccupation de quelqu’un. Le goût du chocolat s’altère. Je reconnais bien cette nuance maintenant. C’est la fragrance d’Hideki. Mais que vient-il faire ici ?

___________
Chaque jour qui passe est un défi à relever. Et pour régner, je dois prouver que personne ne peut m'égaler!

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué?

(Merci Haruka pour cet avatar!)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 13 Jan - 23:51

C'est court, c'est laid, tout ce qu'on aime !

PDV Chiemi

La porte s'ouvre puis se ferme doucement derrière moi. Le plancher de la chambre grince légèrement sous les pas de quelqu'un...ceux-ci semblent légers, assurés. Des bras s'enroulèrent autour autour de moi et je sentis sentis un poid sur mon épaule. Cette voix, cette fragance...M'aurais t-elle suivit...? Mais pourquoi...? Elle avait l'air tellement...heureuse avec Ono.
Au fur et à mesure qu'elle parlait, je sentie mes épaules s'affaisser. Je sanglotais presque, prise entre l'émotion et le doute. Tous ces mots...j'avais tellement voulu les entendre... En réalité les mots étaient tellement bien choisis, tellement bien tournés que cela en devenait presque bizarre... Depuis quand Misa était aussi belle parleuse...? Je me retournais lentement, obligeant la jeune fille à reculer. Elle me tenait toujours par les épaules cependant : sa poigne était dure, elle me broyait presque les os. J'observais attentivement son visage. Elle avait les même cheveux brun-roux, le même visage fin, les même pommettes délicates, les même lèvres qui me faisaient tant envie. Ses yeux en revanche avaient quelque chose de changés. Au fond de ces deux billes brunes humides brillait quelque chose que jamais auparavant je n'avais vu dans les yeux de Misa : une détermination froide. Je ne savais pas si ses larmes étaient fausses ou non, mais son regard dans tous les cas était à vous glacer le sang. Je me dégageais d'une secousse, abasourdie. Je bafouillais :

" Est ce que...Tu n'es pas...Enfin, je veux dire..."

Son regard me cloue sur place. Il émane d'elle une confiance extraordinaire qui me faisait perdre tous mes moyens... J'étais confuse. Ce visage d'ange était bien celui de ma Misa mais... était-ce bien le même coeur que j'avais tant de fois convoité et regardé m'échapper, hors de porté ? Je glisse un regard vers le lit d'Haruka. Ne l'y trouvant, je me lève sans un regard pour la jeune fille brune et m'approche du lit. Ou a t'elle bien pu disparaître ? Ayaka l'aurait-elle emmené ? J'hésitais à quitter la pièce moi aussi. Je sentais que quelque chose n'allais pas, que je le regretterais si je restais ici. Misa n'était pas comme d'habitude...elle me faisait peur.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 15 Jan - 1:36

PDV Misa :

"Chiemi, je... tu as peur ? De... moi ?"
Elle se recroqueville sur elle-même, serrant les poings contre son ventre.
"Je suis désolée, je ne sais pas ce qu'il se passe. Tu me connais, c'était la même chose au premier King's Game. La panique, je ne me contrôle plus, et il arrive un moment où je craque et je fais n'importe quoi. C'est pour ça que la première fois je ne voulais plus te quitter. Rester avec toi, pour que tu m'aides, que tu me contrôles en quelque sorte. Tu te rappelles au premier ordre, quand je t'ai demandé si on pouvait dormir ensemble, et que j'ai voulu t'accompagner chercher tes affaires ? C'est juste que j'avais peur d'être seule. Toute cette horreur m'aurait... changée ? Au point que tu ne me reconnaisses plus, et veuilles me fuir ? Ce sont de vraies questions, je suis totalement perdue, aide-moi..."
Elle lève vers elle un visage aux yeux rougies, avec la même expression de détresse qu'elle avait plusieurs fois arborée auparavant, dans ses pires moments. Ses mains et ses lèvres tremblantes confirment le véritable appel au secours de son regard.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 15 Jan - 2:19

PDV Chiemi

Je regarde Misa dans les yeux et sent mon coeur se serrer. Ce regard est injuste...! J'ai tellement envie de franchir la distance qui nous separent et de la prendre dans mes bras ! Mes jambes tranblantes refusent cependant de m'obeïr, et deciderent plutôt de ceder sous mon propre poids, m'obligeant à m'assoir. Je prend ma tête entre mes mains, terassée par le doute... puis la raison vint d'elle même :

" Oh je vois... Tous ces mots si bien choisis, ces paroles qui font echo à ce que je voulais entendre... tout est clair maintenant. J'imagine tout. Je suis en train d'halluciner...Suis je vraiment devenu folle ? Les gens avaient-ils raison ? Comment ais-je pu tomber si bas...? Je n'ai jamais rien fait correctement, que ce soit pour toi ou pour les autres... j'ai toujours été égoïste... et pourtant je t'imagines la, en train d'entre autre me pardonner..."

Je secoue la tête en riant doucement. Des larmes roulent sur les joues et viennent s'ecraser sur mes poings sérés.

"Pathétique, n'est ce pas ?"

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Haruka le Sam 7 Oct - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 15 Jan - 2:34

PDV Misa :


"Je sais que j'ai des défauts, beaucoup. Je suis maladroite dans mes gestes, dans mes mots. Je ne suis pas très intelligente ni vive d'esprit. Je n'ai aucun courage. Je n'ai pas de force. Je suis étourdie. Mais tu ne peux pas m'enlever le fait que je suis honnête. Du moins avec toi je l'ai toujours été. Pour une fois que j'arrive enfin à faire quelque chose correctement, c'est si incroyable que ça ne peut pas être vrai hein ? Forcément, je ne peux pas réussir..."
Elle se lève et se jette contre Chiemi, la serre fort. Pleurant à moitié, criant à moitié, la détresse perce dans son ton :
"Tu es vraiment sûre que je ne suis qu'une illusion ? Tu crois que tu es folle, et à un stade où tu m'imaginerais avec tant de réalisme, au point de vraiment me sentir contre toi ! Chiemi ! Arrête d'endosser la douleur du monde ! Tu n'es pas égoïste, au contraire ! Rappelle-moi qui a risqué sa vie en restant dans l'internat qui s'effondrait juste pour aller me chercher ce stupide collier, au lieu de t'enfuir ?! Je ne t'en ai jamais voulu, pour rien ! Maintenant, dis-moi, comment on va s'en sortir si tu n'acceptes pas que je reste avec toi ? C'est comme ça qu'on avait réussi au premier, en étant ensemble ! Pour moi tu es toujours la même, et je ne te laisserai pas, parce que depuis toujours tu as été un pilier pour moi, et tu es devenue mon seul point de repère à l'internat ! Tu ne penses pas que je puisse avoir ce discours ?! Pourtant c'est le cas ! Parce que je ne veux pas te perdre ! C'est vrai que j'ai du mal à m'ouvrir et me confier, parce que je n'ai jamais voulu t'embêter avec mes problèmes ! Mais j'en suis capable ! C'est ce que je fais ! Je suis prête à tout pour te garder, ne pas être seule à nouveau !"

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» King's Game [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]
» Maps [Crusader]==>Gribouil
» King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]
» King's Game 2 - 王様ゲーム2
» des joueurs de dinosaur king TCG dans le coin ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Stories - Forum de Libre RPG :: Entrez dans l'aventure ! :: Fan Fiction ● Autre :: Fan Fiction-

CSS Valide !