Google+



 

Partagez | 
 

 King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage


Messages : 1988

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 22 Mar - 21:26

PDV Misa :

Je ne peux m'empêcher de refermer et serrer mes bras autour d'elle.

"Mais enfin Chiemi, que voulais-tu qu'il m'arrive ? Et puis... d'où vient cette culotte ? Ce n'est pourtant pas l'une de celles que l'on vous distribue... Il va falloir que tu m'expliques où tu l'as trouvée. En plus elle est assez "travaillée", pas juste un morceau de coton..."
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 22 Mar - 21:28

- Euh...Je rougis jusqu'à la racine des cheveux. Disons que... je me la suis... procurée quelque part...

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 22 Mar - 21:32

PDV Misa :

"Tu veux dire que tu as..."

A mon tour de rougir en imaginant ce qu'elle avait dû faire pour obtenir ce cadeau, sûrement de l'un des gardiens.

"Non Chiemi, je ne veux pas savoir, ce que tu fais... en privé... ne me concerne pas. Tu n'as pas à te justifier devant moi."

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 22 Mar - 21:36

PDV Chiemi


- Ah mais ce n'est pas.... Hum... Pour te dire la vérité... C'est Haruka qui me l'a offert à mon anniversaire... Enfin comme elle est plus confortable que celle qu'on nous donne, euh...

Je détourne la tête.

- ... C'est vraiment une situation gênante...

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 22 Mar - 21:56

PDV Misa :

"Oh je vois... Après tout, tu sais, même si tu avais... je n'aurais rien dit, tu es libre de faire ce que tu veux, ce n'est pas comme si... enfin un peu quand même... mais... enfin..."

A ce moment un petit tintement se fait entendre, venant de la télé :

"L'ordre a été correctement exécuté. Le patient n°23 retrouve donc la vue. Cependant le patient n°5 n'a pas respecté les conditions, pour avoir changé de cachette au bout de 28 minutes dernièrement et non 30. Il est ainsi condamné à être compressé et broyé."

Je frissonne en détournant les yeux. Chiemi s'appuie un peu plus contre moi, comme si elle voulait me protéger, et murmure, le visage toujours contre ma poitrine :

"Ne t'inquiète pas Misa. Je ne laisserai pas quelque chose t'arriver... encore une fois. Et je ne te laisserai pas assister encore une fois à toutes ces horreurs que tu as vu à l'internat..."

Je lui pose une main sur la tête, et murmure à mon tour :

"Je sais. Cependant tu ne dois pas te sentir coupable pour ce qui s'est passé à l'internat... surtout... à la fin. Et si nous allions dans une chambre ? Je veux dire pour te trouver quelque chose pour t'habiller, ce ne doit pas être appréciable de se promener dans cette tenue...
-C'est vrai, pardon, surtout que je t'écrases depuis tout à l'heure.
-Ce n'est pas vraiment ça mais... en te jetant sur moi tu as remonté ma jupe..."

Je rougis légèrement alors qu'elle ne bouge pas. Puis au bout de quelques secondes, comme à regret, elle se relève et me donne la main pour m'aider. Je lui souris et ensemble allons dans notre chambre. Elle ne lâche pas ma main, et c'est moi qui dois me détacher d'elle pour qu'elle puisse enfiler quelque chose. Je jette un coup d’œil dans le placard. Est-ce que... J'hésite, puis tire finalement l'une des longues jupes et l'un des T-shirts à tissu grossier de l'armoire. Cela me paraît plus confortable que mes habits serrés de lycéenne...

"Je vais prendre une douche, je reviens..."

Je m'engouffre dans la salle, sans fermer la porte. De toute façon je sais qu'il n'y a pas de verrou, dans aucune des pièces où les patients ont accès. Je savoure le jet puissant sur ma peau nue. Retrouver les sensations humaines, quel bonheur... Je reviens finalement à la réalité, me sentant coupable. Chiemi doit sûrement m'attendre dehors. Au moment où je ferme le robinet j'entends d'ailleurs sa voix à travers la porte :

"M... Misa ?
-Oui Chiemi, excuse-moi, j'arrive.
-Tu vas bien... Prends ton temps si tu veux..."

Dans la pièce totalement embuée je me dépêche de me rhabiller et de sortir. Chiemi est assise sur un lit, et grignote un gâteau. Elle sursaute en me voyant et le repose prestement sur la table. Je me dirige vers elle en riant, et tandis que je m'installe à moitié sur le lit, à moitié sur elle, je lance sur un ton léger :

"Tu peux continuer de manger tu sais, je les avais justement laissés là pour toi."

Vraiment, je ne sais ce que je serai sans elle...

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Lun 23 Mar - 21:23

- Hum, je n'ai pas très faim de toute façon...

Je regarde le plafond en lui caressant les cheveux. Cela fait tellement longtemps qu'on ne c'est pas retrouvé ainsi toute les deux, plongées dans un profond silence complice, revigorant. Je pousse un profond soupir d'aise et regarde la nuit tomber à travers la vitre striée de barreaux, et ferme les yeux. J'en viendrait presque à oublier le jeu sanglant se déroulant en ce moment même.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Lun 23 Mar - 21:31

PDV Misa :


"Chiemi... ce silence m'inquiète. Tu ne m'aimes pas ? Et si tu avais le choix d'en aimer une autre, tu prendrais qui ? Et un autre ? Et si les anciens de l'internat revenaient ? Tu réagirais comment ? Tu laisseras sa chance à Nobu ? Et si tu n'avais pas eu ces sentiments pour moi, tu aurais fini avec lui ? Et tu crois que j'aurais été avec Ôno ? Tu m'aurais laissée partir ? On se serait séparées ? On aurait gardé contact ? Oh pardon, je parle trop pour ne rien dire, mais il y a eu trop de silence entre nous pendant tout ce temps, j'ai l'impression qu'il faut que je rattrape ça, et je me mets à dire des bêtises. Quoique... Oh il faut vraiment que je réapprenne à me comporter normalement, je suis en train de délirer n'est-ce pas ?"

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 24 Mar - 19:21

JE NIAIME LE NIAIS (<- Et cette phrase est fausse. )

Je reste un moment sans répondre. En fait, je suis un peu surprise qu'elle se pose toutes ces questions. Ce sont des choses auxquelles je n'ai jamais vraiment réfléchi. Je penche la tête sur le côté.

- Est-ce que te donner une réponse à chacune de tes questions te rassurerait ? Si oui, je répondrai à toutes, et même à celles que tu voudrais encore me poser. Sache juste une chose, tout ce que je veux, c'est ton bonheur. Tu es la seule personne en ce monde pour qui je ferais n'importe quoi. Quand bien même tes décisions me blesseraient, si elles te rendent heureuse, je les accepterai avec joie. Dit comme ça c'est un peu... un peu gênant... hum.

Je détourne la tête en rougissant légèrement.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 24 Mar - 19:48

PDV Misa :

"Je... je ne sais pas si les réponses ma rassureront ou pas. Mais je veux bien que tu me répondes."

Ma voix est un peu blanche cependant.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mer 25 Mar - 18:23

Je me rend compte avec un peu de surprise qu'elle a consciencieusement ignorer ma déclaration d'il y a quelques instant. Le dire à voix  haute était assez gênant, mais en plus, se faire ignorer... Ce qui me renvoi à mes interrogation quant a la teneur des sentiments de Misa à mon égard. J'ai peur qu'elle ne sorte avec moi que par dépit, ayant peur que je la "laisse tomber" si elle ne le faisait pas. Peut-être qu'elle ne m'aime pas de cette manière mais ne s'en rend pas compte. J'imagine que l'on pourrait me dire la même chose. Mais.... je SAIS que c'est de l'amour. C'est un sentiment beaucoup plus...intense qu'une simple amitié. Je me suis longtemps considérée, et me considère encore, comme une fille bizarre. Je veux dire, aimer quelqu'un du même sexe... je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas, en Occident, comme en France par exemple, les mariages homosexuel sont autorisés, et même reconnu ici, au Japon. Mais je n'ai jamais rencontrer personne de ce bord. De mon point de vue, c'est presque un mythe, en réalité... Je ne sais pas si c'est comme cela depuis longtemps, mais en y repensant, je n'ai jamais vraiment regarder les garçons... Je n'ai jamais trouvé de garçons "mignons", au contraire de certaine filles que j'ai pu apercevoir. Malgré tout, Misa est la seule personne dont je sois vraiment tombé amoureuse....  Je ne peu demander de conseils à personne... Ce genre de relation, c'est encore assez nouveau pour moi. Je n'ai pas la théorie, et encore moins la pratique... je ne sais pas trop comment se comporte un couple. On ne croirait pas, mais je suis assez timide comme fille. J'essais de faire croise que je suis forte, mais ce n'est que pour les apparences... Personne ne connais la vrai moi, fragile et un peu timide. Facilement effarouchée et gênée. Je ne sais même pas si Misa connais cette part de moi. Ça me fait un peu peur : le fait qu'elle ne pourrait aimer que mon masque. Elle aussi est fragile, et en plus de cela maladroite, il serait logique qu'elle veuille quelqu'un de véritablement fort pour l'épauler...

  Enfin, même si je voudrais lui demander son avis... J'imagine que je suis trop effrayée pour le lui demander.
J'espère que mes doutes ne s'entendront pas dans ma voix :

- Très bien...


Le ton que j'emplois est légèrement froid, ça me surprend un peu. Sans doute l'effet de mes pensées sombre. Anyway, Peu importe, je veux en finir avec ça le plus vite possible... Cette situation me fait prendre conscience de tout ce qui ne va pas, et tout ce qui risque de mal tourner dans notre relation. C'est aussi, vraiment gênant...

- Si j'avais le choix d'en aimer une autre... Sincèrement, ça me choque un peu que tu me poses cette question... Je t'aime vraiment, du plus profond de mon être. Je...je ne vois pas COMMENT je pourrais aimer quelqu'un d'autre. Si je n'avais pas nourri ce sentiment à ton égard je... je ne sais pas. Je ne pense pas que je serais sortie avec Nobu... c'est juste un ami. Avant toi je n'ai jamais eu l'impression que je pourrais seulement "aimer" quelqu'un un jour. J'avais vraiment l'impression d'être insensible...
Pour ce qui est d'Ôno...


Je grimace et me crispe.

- Je... pour être honnête, je déteste ce type. Ne me demande pas pourquoi, je n'en sais rien du tout ! C'est juste que dès que je le voyais, avec toi en plus, j'avais juste envie de... hum, bref. Si jamais tu voulais aller avec lui...

Ma voix se brise mais je me reprend vite.

- Si il te rendait heureuse... je t'aurais laisser partir. Et si tu voulais que l'on reste en contact, on le serais resté aussi. Quand bien même cela aurait était douloureux... Bah, ce n'est pas si grave. J'aurais surement fait en sorte...ferais surement en sorte que tu ne saches rien. Mais maintenant que je te l'ai dit c'est un peu...foutu hein ? Ah... J'aurais jamais cru que dire tout ces trucs serait si... Enfin tu vois...

Je me tait. Il vaut mieux que je m'arrête ici avant de raconter n'importe quoi. Je n'ai pas envie qu'elle sache à quel point je suis faible...pas encore. Dieu, s'il vous plait, je sais que c'est beaucoup demander, mais laisser moi l'aimer encore un peu. Je ne veux pas qu'elle parte tout de suite...

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mer 25 Mar - 19:01

PDV Misa :


"Pourquoi ce ton distant et cette légère raideur soudaine ? Oh Misa, quelle idiote, tu l'as encore blessée, bravo ! Qu'est-ce que tu as fait de mal cette fois ? Repasse-toi la conversation... D'accord, elle te dit que tu es tout pour elle, elle donnerait sa vie pour toi, répondre la gêne, et ta réaction ? "Réponds-moi !" Alors que dans la logique tu aurais dû lui dire la vérité : à savoir que tu l'aimes, et que tu serais prête à mourir encore une fois pour la sauver ! Et ces questions franchement ? Où es-tu allée les pêcher ? "Ça t'aurait dérangé que je fasse ma vie avec un garçon, en ayant en plus connaissance de tes sentiments à mon égard ?" "Non pas du tout Misa, voyons !" Si je le pouvais je me donnerai une claque, monumentale ! Ce n'est pas le genre de choses qui se  se demande ! Et puis vraiment, d'où ça t'est sorti alors que ça ne t'est jamais venu à l'esprit avant ? Pire encore ! Lui demander qui d'autre elle aimerait ! Alors que tu sais qu'elle n'aime que toi. Tu voulais qu'elle te prouve quoi, que tu te prouves quoi Misa, franchement ? Que tu as le pouvoir de la faire souffrir de manière bête inutile et méchante ? Bravo, je t'annonce que tu en es parfaitement capable, félicitations ! Ta vie est réussie à présent et a trouvé son vrai sens ! Bah oui, pourquoi aimer Chiemi et essayer de la rendre heureuse, alors que c'est tellement plus amusant d'enfoncer des couteaux dans ses points faibles, d'autant que tu les connais tous ? Seras-tu un jour autre chose d'une débile maladroite ? Pense aussi à lui demander pourquoi elle t'aime tant que t'y es, je suis sûre que ça lui faire mal aussi, tiens ! Je ne l'aimerai pas autant et n'aurai pas au fond ces profonds regrets et ce cœur serré de l'avoir blessé, et ce refus de continuer, je pense que j'irai de suite me prendre quelque chose pour m'ouvrir à nouveau les bras, comme à l'internat, mais dans le but de me tuer cette fois afin de ne plus faire de bêtises et lui faire mal."

J'ai un temps d'arrêt à ce moment. Aurais-je... Oh Misa, tu es si bête de point d'avoir pensé à voix haute et non dans ta tête ! Mais comment est-ce possible d'être si... à ce point... Je pique un énorme fard et enfouit de manière brusque mon visage dans le cou de Chiemi. Cependant je sais que cela ne sert à rien et qu'elle m'a vu virer au rouge pivoine en me rendant compte de ma bêtise légendaire. Pas que j'ai menti, au contraire. Mais savoir que je lui ai tout avoué, de manière si directe sans vraiment le vouloir... Ah ça me met tellement mal à l'aise !

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mer 25 Mar - 19:12

Je rirais presque de la situation, si je n'étais pas moi aussi si gênée. Elle enfuit son visage dans mon cou après avoir piqué un fard, chose que je fais quelque secondes après moi aussi. Cependant, ça ne répond toujours pas à mes questions. Je ne sais pas si elle me connais vraiment. Je n'en sais rien. Je ne lui ai jamais rien dit sur ma véritable personnalité, jamais rien montré. Je n'ai laissé aucun indices... j'ignore comment elle pourrait savoir. Comment elle réagirait si elle savait. Je ne sais pas. Dans un un sens, je ne veux pas savoir. Je me contente donc de la serrer contre moi et d'appuyer ma joue contre ses cheveux tentant, en vain, de chasser ces idées noires.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Sam 4 Avr - 19:10

Haruka


Il n'y a pas grand-chose à dire. Il m'a fallu un peu de temps pour me faire à l'idée que je suis en réalité la demi-sœur d'Ayaka, et aussi de cette fille... Misaki, je crois. En y repensant, ça ne change pas grand-chose. Enfin peu importe... J'ai passé les quelques heures précédentes à déambuler un peu partout dans les couloirs, ne prêtant pas grande attention à ce qui se passait autour. Maintenant je suis assise sur un des sièges du grand salon. Il ne me reste pas beaucoup de temps. Peut-être un jour ou deux, qui sait...? Mon corps n'a jamais été très résistant. J'ai entendu dire que beaucoup pouvaient tenir pendant encore une semaine ou deux, privés de médicaments. Je n'ai pas cette force. Et je n'ai pas vraiment l'envie non plus. Je lève la tête vers l'écran de télévision où s'affichent les ordres. Je ne me suis jamais sentie aussi seule. J'ai retrouvé une sœur, mais déjà, elle passe la plupart de son temps avec un autre. Les seules fois où elle vient me voir j'ai l'impression de lire de la pitié dans ses yeux. "Pauvre petite chose, restant toute seule." Ça ne me blesse pas vraiment, du moment qu'elle passe un peu de temps avec moi, cela me va. De toute façon ça a toujours été comme ça avec tout le monde, mes parents y compris. Je ne vois pas pourquoi cela changerait maintenant. Je suis habituée à tout ça. Et malgré tout, je me sens seule. Parce que je sais que, si jamais je survie assez longtemps pour le voir, elle me laissera sûrement de côté pour aller fonder une famille, me confiant à la bonne charge d'un hôpital où je finirai par mourir. Je sais bien que ma place est là-bas. Mais quand bien même, je me sens triste. C'est la première fois que la solitude m'étreint avec autant d'ardeur. Serait-ce un aspect de la maladie que je n'ai jamais vu ? Après tout, je ne me suis jamais autant trouvé en manque. Qu'importe, je ne dirai rien à personne vis-à-vis de ce que je ressens, ou du fait que je suis arrivée à court. De toute façon il ne me reste pas beaucoup de temps à tenir. Je me suis préparée à ce qui arriverait, je n'ai pas peur. Enfin, pas vraiment. Il y a sans doute beaucoup de choses amusantes de l'autre côté.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Gneuh.
Messages : 2145

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 12 Avr - 16:24

La seule activité quasiment commune entre chaque patients ici est de regarder les autres sans rien dire… les regardés puis penser à comment ils s’appellent, à quels âges ils ont et à ce qu’ils ont vécu… quelque chose d’ennuyeux mais qui devient presque normal ici, jour après jour on cherche à les connaitre mais sans grand résultat. Les patients ne devraient pas être aussi réservés les uns des autres ici… c’est en étant ensemble que nous pouvons agir… et essayer de combattre quelque chose… d’invisible.

En me baladant dans ces couloirs devenus le lieu le plus « habité » avec la cafeteria et la salle commune, j’essaie d’analyser les patients que je croise, un par un. J’essaie mais… ce sont souvent les mêmes qui me reviennent en mémoire. Aihara et Ichijo. Deux personnes dont j’aimerais en savoir plus, mais cela est impossible tellement sont-elles étranges ou peut bavardes. Ils m’ont déjà vue pourtant, non ? Ils ne sont pas aveugles… l’une a juste une maladie et l’autre est juste différent… il n’y a peut-être rien à comprendre.

Bientôt 10 heures, il faut que j’arrête de passer mon temps ici. L’ordre vient d’être donné, j’espère que tout se passera bien, pour une fois…
Je retourne vite en direction de l’infirmerie, inclinant la tête, jetant un petit coup d’œil à Kyouko, rodant de nouveau dans les barrages, un bout de pain dans la main. J’entre dans la pièce sans rien dire, je reporte mon attention sur le jeune garçon alors que Kurosawa sort de son semblant de sommeil en retirant ses écouteurs un à un.

« Rien de nouveau à son sujet ?
- Non, tout est comme hier, quand tu es parti.
- ...
- Si ça ne te gêne pas, je vais essayer de dormir un peu, sinon je ne tiendrai pas.
»

Je ne réponds pas même si cela m’agace un peu qu’elle reste ici, dans la même pièce que moi. Je soupire l’espace d’un instant puis je prends soin de m’installer sur une chaise à côté d’Ichijo. Il me fallait du temps pour essayer d’examiner son dossier, en savoir plus sur la personne qu’il était, puis surtout pour veiller sur lui, c’est la chose principale. J’ai pris le temps de faire une prise de sang au patient, ce centre n’est pas dans un état si déplorable que ça question médecine, il y a bien une raison à la cause de ce malaise, non ? Les heures passent à rester sur une chaise, manquant de s’endormir à plusieurs reprises mais prenant le courage d’aller chercher quelque chose à manger.. pour tenir un petit peu jusqu’au soir. Je n’ai pas la patience de regarder Kuro… Ayaka, plus de quelques minutes, elle dort, mais son visage semble différent, j’ai parfois l’impression que les traits de son visages changent de façon à ce qu'ils rendent Ayaka comme... une petite fille, mais cela n’est qu’une illusion. C’est ainsi que sont forgés les forts caractères… enfin je crois ?

« Bonsoir, Ueda-senpai… »

Je sursaute de sur ma chaise quand j’entends la voix de Kyouko raisonnée dans mon oreille.

« Oh pardon, je t’ai fait peur…
- Non, non… c’est bon, tout va bien…
dis-je en reprenant peu à peu mes esprits.
- Tu es sûr ? Ce garçon s’est pourtant évanoui hier puis cette fille…
- Tout va bien, j’en suis certain.
- … Je t’ai apporté ça, il faut que tu manges. Tu sais… les gens sont au courant que si tu ne passes pas tes journées dans la salle commune à voir les méchants ordres se répéter, c’est parce que tu t’occupes des gens malades… et c’est bien, mais il ne faut pas que tu tombes malade toi aussi… d’accord ?
– Elle reprend petit à petit une voix et un visage d’une fille de 9 ans, je souris légèrement en prenant l’assiette qu’elle ma préparer.
- Je… je meurs de faim, merci… va donc manger toi aussi, tu en as besoin. »

Elle sourit en balançant ses bras de droite à gauche. Avant de sortir de la pièce, elle prend le temps de fixé l’horloge indiquant 18 heures tout en marchant vers le lit d’Ayaka. J’aimerais bien lui dire de ne rien faire mais elle n’a pas à dormir indéfiniment non plus. Kyouko tapota alors plusieurs fois son épaule avant de partir, comme si de rien était. Je dirige mes yeux vers l’assiette alors qu’Ayaka recommence ses regards surprises. J’enfile une bouchée de mon repas mais un instant plus tard, Aihara ouvre la porte en grand alors que je manque de m’étouffer de mes propres moyens.

« Aya, tu vas bien !
- Mais oui Haru...
- Tu n'es pas venue te coucher avec moi comme tu me l'avais dit...
- J'ai eu... d'autres occupations.
»

Je regarde sans rien dire les deux filles mais cela n’a duré qu’une dizaine de minutes. Aihara vient de partir de la pièce alors qu’Ayaka ne réagit pas. C’est en finissant mon assiette que je repense à Aihara. Elle a besoin de compagnie… et Ayaka n’a pas l’air de vouloir bouger.
Je me lève soudainement, lui faisant signe de surveiller Ichijo. J’enfile une blouse neuve que j’ai trouvée dans les tiroirs des autres bureaux puis je me dirige vers la salle commune. Doucement, je me faufile entre les patients pour venir m’installer à ses côtés, elle n’a pas vraiment l’air de me voir.

« Bonsoir Aihara… »

Elle sursaute mais ne répond pas. Elle fixe le vide d’un regard indifférent, presque vitreux. Les bras allongés le long du corps, son visage est presque blanc, comme inanimé. Ses cheveux prennent la liberté de venir recouvrir une part de son visage alors que sa bouche ne laisse rien passer, aucun soupir, aucun mot. Rien. Je cherche quelque chose à dire, prenant soin de la regarder, comme chaque « personne » ferait face à un patient mais soudainement… un déclic se manifeste dans mon esprit. Combien de temps s’est-il passé depuis son évanouissement ? Et si… et si elle n’avait plus de médicament depuis… mais oui, c’est ça !
Sans rien dire je me lève et cours vers l’infirmerie, Ayaka est […à toi de voir xd]. J’ouvre l’armoire réservée aux médicaments nécessaires à tous les patients de l’établissement puis je prends la boite qu’elle a besoin. Je cours en sens inverse pour revenir à ma place.

« Ecoute, Ai.. Haruka, pourquoi ne m’as-tu pas prévenu plus tôt à propos de tes médicaments… ? Si tu ne les prends pas… tu risques d’avoir plus de problèmes que tu en as maintenant. Alors… prends-les. Peut-être que tu préfères les oubliés ou que cela n’a plus d’importance pour toi, mais peut-être que des membres de ton entourages aimerait… te voir en bonne santé ? S’il te plait.»

Je glisse la boite entre ses mains en continuant de la regarder, essayant de détecter quelque chose de changeant, dans son regard.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 12 Avr - 17:12

Vous n'aimerez surement pas.

Je serre la boite entre mes mains, et suis secouée d'un petit rire. Je trouve que ce que dit ce garçon est très drôle. Si mes proches s’inquiétaient pour moi, ils ne m'auraient jamais envoyée ici. Ils se poseraient des questions du fait qu'ils ne reçoivent plus de nouvelles de moi. Et Ayaka... elle est jeune, a une longue vie à vivre. Autre chose à faire que de s'occuper de moi, en somme. Et j'approuve totalement cela. Ces médicaments me promette une plus longue vie, mais d'avantage de problèmes à mes proches également. Tant qu'a être en bonne santé... Je me demande si ce garçon sait que de toute façon, je n'en ai plus que pour maximum dix ans. Et que médicaments ou non, je mourrais sans doute dans la douleur. Je ferme les yeux et serre la boites entre mes doigts. Lentement, je me lève de mon fauteuil. Le garçon m'interpelle, essaye de me saisir doucement le poignet, mais je me dégage et me met à marcher dans les couloir, tête baissée, me tenant au mur pour ne pas tomber. Le trajet jusqu'aux toilettes est laborieux, mais j'y arrive sans avoir eu à ramper. Je pénètre dans l'une des cabines. J'ouvre ma petite boite et, doucement, je vide son contenu dans la cuvette. Lentement, je tire la chasse d'eau et regarde les petits dragées blanc partir en tourbillonnant. Je ressort de la pièce, et m'affale contre le mur, regardant d'un œil morne le couloir. Je me repose encore quelques secondes avant de me relever et d'avancer cahin-caha vers le salon.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 12 Avr - 21:28

PDV Ayaka :


Il quitte précipitamment à la suite de ma sœur. Quelques minutes après, cependant, l'autre garçon bouge. Il se réveille enfin on dirait. Mieux. Il se lève. Il a l'air un peu hagard, mais semble comprendre où il est. Je garde un œil sur lui tandis qu'il franchit en silence la porte de l'infirmerie. L'oiseau est grand et quitte le nid pour voler de ses propres ailes dans le monde hostile qu'est la vie... Sauf que d'autres doivent être encore surveillés. Comme Haruka. D'ailleurs je ne devrais pas la laisser seule, elle est capable de faire des bêtises. Les minutes s'écoulent, je reste pourtant sans bouger. Le stagiaire revient, il a l'air complètement perdu dans ses pensées et ne remarque même pas le lit vide et défait. Il farfouille dans l'armoire puis repart avec une boîte. Je la reconnais. Celle des comprimés d'Haruka. Je le suis, à bonne distance cependant, et m'arrête au coin de la pièce. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne veux pas être vue. Quand Haruka se lève et emprunte un autre couloir, je lui emboîte le pas, toujours aussi silencieuse.  Je ne crois pas qu'elle m'ait repérée. Quand elle entre dans la cabine, j'y pénètre à sa suite, me contentant de l'observer. Elle se retourne enfin, et sursaute en me voyant. Elle pousse un cri, mais est coupée en plein élan par la claque monumentale que je lui assène. Le souffle court, la joue déjà rouge et gonflée avec la marque de ma main, elle ne semble pas comprendre ce qu'il se passe et les larmes s'accumule dans ses yeux. Douleur ou autre chose, je ne sais pas. Toujours est-il que je résiste plus et laisse ma colère déborder. Je lui crie dessus avec violence, crachant mes mots comme du venin :

"T'essaie de faire quoi là au juste ? Dis-moi, j'attends ! Par contre je suis désolée, mais il va falloir que tu attendes un peu, ma tenue pour l'enterrement n'est pas encore prête. Et je n'ai pas non plus envie de finir mes jours en prison pour complicité de meurtre et non assistance à personne en danger ! Parce que oui c'est comme une sorte de suicide que tu nous fais là ! Ah mais peut-être que tu trouves ça drôle. Voir tous ces gens vêtus de noir, autour de la boîte contenant ton corps, qui te pleurent ! Voir les visages attristés, avec beaucoup d'hypocrites, mais quelques personnes qui te regrettent vraiment ! Tu crois que je ne c'est pas comment ça se passe ? Détrompe-toi, je suis passée par là avant toi ! Et je te rappelle que moi j'étais la brute, l'enfant sortie d'on ne sait où, alors que toi même si tu es une bâtarde, oui bâtarde, car issue d'une relation hors du mariage, tu es mignonne et attachante, une innocente condamnée, une pauvre petite chose qui n'a rien fait et se retrouve avec cette maladie ! Sauf que tu n'imagines pas ce que tu vas ressentir ! Moi-même, je l'ai eu, cette culpabilité, notamment quand je t'ai vue effondrée. Je me demandais qui allait prendre de soin de toi et qui allait te protéger ! Et toi, toi qui te dis que tu peux mourir comme ça te chante puisque personne ne t'aime et ne fait attention à toi, je te garantis que quand tu me verras, tu te demanderas qui j'aurais à protéger et de qui je pourrais m'occuper ! Il y a en réalité très peu de personnes qui meurent sans regret et vont dans l'au-delà. La plupart restent coincés, en attendant de pouvoir accomplir quelque chose pour le déclic ! Tu crois que c'est simple de se dire qu'on ne peut rien faire, à part te regarder dépérir jour après jour, que c'est quelque chose d'inéluctable et que rien ne changera le cours du temps ? Surtout quand on a fait demi-tour dans la mort, devoir accepter ça, c'est impossible ! Tu crois que s'il n'y avait pas la possibilité, même infime, d'une chirurgie ou d'un traitement, je ne le tenterai pas ? Franchement Haruka je... Non je vais me taire et aller me décharger ailleurs, tenter de me calmer avant de faire une bêtise avec toi, et te laisser méditer tout ça. Seulement au prochain truc... Crois-moi, je serai presque capable de te couper les mains pour t'empêcher de faire une autre connerie !"

Furieuse je quitte la pièce, laissant Haruka un peu bouleversée. J'entends du bruit. Forcément les cris ont dû attirer du monde... C'est Yosuke que je croise dans le couloir, pensif et inquiet il se dirige vers les toilettes. Mais je ne lui en laisse pas l'occasion. C'est une gifle aussi puissante que celle d'Haruka qui le stoppe, et des paroles toutes aussi assassines qui pleuvent sur lui :

"Et toi alors ? Infirmier ! Infirmier de mon cul ouais ! Pas foutu de faire correctement ton boulot ! T'es censé soigner, ou du moins aider les gens ! Par leur faire croire que se laisser mourir est la meilleure solution, et leur donner les moyens de se conforter dans leur idéal de suicide ! Elle ne prend pas les médicaments, et s'en va avec un drôle de sourire et un regard étrange ! Ça ne t'ai pas venu en tête que c'était pas normal ? Toi qui as lu son dossier, tu devrais savoir que c'est une personne douce qui la plupart du temps se contente d'écouter et de faire ce qu'on lui demande ! Mais non, elle part dans les toilettes avec les médicaments, cela est tout à fait normal ! Tu aurais dû la suivre, comprendre et l'empêcher ! C'est le genre de chose qui lui permet de gagner du temps ! Quand j'étais fantôme, elle prenait ses médicaments comme il fallait ! Alors va falloir m'expliquer pourquoi quand un gars qui est censé être qualifié, avoir des diplômes et savoir comment se comporter, tout part totalement en couille ! Oui, c'est le mot ! Devant Haruka encore je me suis contenue, mais en voyant ta tête de petit innocent qui fait semblant de ne pas comprendre, et surtout de savoir que tu n'as pas agi, ça me fout franchement hors de moi ! Maintenant t'as intérêt à ne plus la quitter un instant pour tenter de te faire pardonner, sinon le roi n'aura pas à se donner la peine de s'occuper de toi !"

Je pars, et continue ma marche furieuse dans l'établissement. Je croise une femme, que je bouscule et jette au sol. Elle était sur mon chemin. Sauf que je m'immobilise quand elle me parle :

"Eh, te gênes pas surtout ! Déjà que y'a pas moyen de se reposer ici, si en plus on se fait jeter par terre par ceux qui foutent le bazar...
-T'as choisi le mauvais jour et la mauvaise personne à qui parler Mei. Alors tu vas la fermer de suite ou je t'apprends moi-même à te taire.
-C'est pas vraiment comme ça qu'on demande pardon."

Je craque. Je fais demi-tour et mon poing salue sa pommette avec un craquement. Elle titube légèrement mais je vois dans le regard qu'elle me lance qu'elle va me répondre. Je l'attends de pied ferme. Mieux que ça. Je vais à sa rencontre, et c'est son estomac qui prend. Elle profite du fait d'être pliée sous le choc pour me faire une balayette. Mais je l'ai vue venir, aussi j'arrive à me rattraper sur une main et me remettre debout en m'appuyant dessus. Elle esquive un coup de pied, j'évite un coup de poing. Un attroupement se fait autour de nous alors qu'on devient un peu plus sérieuses. Des coups plus techniques et plus réfléchis. Je me prends un coup de pied qui m'étourdit légèrement, mais je passe outre pour faire une feinte et réussir à passer derrière elle, lui faire une clé de bras dans mon élan. Elle gémit sous le coup. Mais je n'en ai pas fini. Je la fauche avec facilement, l'accompagnant et la poussant dans sa chute. Son joli petit nez e brise sur le carrelage.
C'est à ce moment que j'entends des bruits de course et des cris. Je tourne la tête. Yosuke. Encore lui... Mais Haruka ? Elle est dans le fauteuil roulant qu'il pousse. De toute façon j'en ai fini avec elle. Je me relève, essuyant avec ma manche le sang qui coule de ma lèvre éclatée. Le contact du tissu râpeux sur ma chair gonflée et charcutée me fait comme un coup électrique. Je sens le sang qui se remet tout de suite à couler, et qui tombe goutte à goutte sur le sol de manière rapide. Mais pas question de montrer ma douleur. D'autant que je me suis pris d'autres coups ailleurs. Je me demande si je n'ai même pas plus que des bleus, notamment au niveau des côtes. Quoi qu'il en soit je me détourne et pars avant qu'ils ne soient totalement arrivés. Certains me laissent passer, d'autres sont violemment poussés par mes soins. Cependant ma colère est toujours là. Je me dirige vers un endroit très peu fréquenté, et me plante devant l'une des caméras, la fixant sans broncher :

"Allez, quoi, bouge-toi un peu ! Tu te fais appeler le Roi, et tu as organisé ça par ennui non ? En tout cas tu te divertis avec ces ordres ! Mais l'une de tes poupées t'a été donnée cassée ! Il ne tient qu'à toi de la réparer ! Où je veux en venir ? C'est très simple : fais en sorte qu'on ait accès aux médicaments d'Haruka, qu'elle puisse suivre normalement son traitement, et pour n'importe quel ordre que tu me donneras je promets du grand spectacle ! Tu peux ne donner des ordres qu'à moi, je m'en fous, je les exécuterai, et de telle manière que tu aies ton content de plaisir ! Tu as le droit à un ordre test si tu ne me fais pas confiance, mais je n'ai qu'un paroles ! Alors viens, je t'attends, si t'es pas qu'un lâche, toi le fils de chien !"

Je vais dans l'une des chambres inoccupées, sachant que je n'y serai pas dérangée. C'est l'aile d'isolement, pas étonnant que personne ne vienne. Trop de mauvais souvenirs et mauvais traitements. Je vais dans la salle de bain, mouille une serviette et tamponne doucement ma lèvre, en grimaçant. Je l'appuie dessus, pour tenter d'épancher un peu le flot de sang. Au bout de quelques minutes je sens que c'est bon, il ralentit, même si le bruit des gouttes tombant dans le lavabo est toujours là. Je pose le tissu rougi à côté, et enlève ma chemise, m'observant dans le miroir. Du côté de mon physique, il est vrai que je n'ai rien à envier à personne, et encore moins aux mannequins retouchés des magazines, que ce soit pour mon ventre plat et ma taille fine ou mes formes généreuses et harmonieuses. J'ai cependant un beau bleu au niveau des côtes, avec une bosse. Je frôle à peine la zone que je comprime mes bras en tenant le bord du lavabo et serre les dents. Cette ~~~~~~ a bien dû me démonter une ou deux côtes avec son coup de pied de tout à l'heure. J'en ai connu d'autres des bagarres, et des blessures, je sais que ces os se réparent assez bien tous seuls. Quand la fracture ne les a pas trop déplacés. Enfin je verrai bien. Pour l'instant ma priorité est de tenter de me calmer. Je me vide peu à peu l'esprit, en regardant les gouttes carmin se multiplier sur la surface blanchâtre.
Je reprends pied avec la réalité quand j'entends le grincement de la porte de la chambre qui s'ouvre. N'ayant pas fermé non plus celle de la salle de bains, je n'ai qu'à tourner la tête pour observer le nouveau venu. Yosuke. Il a un léger mouvement d'arrêt en me voyant dans cette tenue, mais s'approche tout de même de moi, avec un air très sérieux et professionnel je suppose. La meilleure défense est l'attaque. Un principe que je me dépêche d'appliquer.

"Et Haruka alors ? J'espère pour toi que...
-Elle est en train de se reposer, surveillée par une personne de confiance. A quoi tout cela te sert-il ?
-Pardon ?
-Cette fille. Tu n'avais franchement pas besoin de l'attaquer. Elle a de sérieuses blessures.
-Qu'est-ce que j'en ai à foutre ?
-Et toi non plus tu n'en es pas sortie indemne. Laisse-moi au moi regarder, savoir si c'est grave ou non."

Je reste immobile, avant de le suivre dans la chambre et m’asseoir sur le lit à côté de lui. Il a beau se montrer impassible, ses doigts tremblent légèrement tandis qu'il m'ausculte le haut du corps.

"Eh bien ? Ça te trouble tant que ça que de t'occuper d'une jeune fille en jean et soutien-gorge ? Peut-être que... AH ! Bordel de... T'étais obligé d'appuyer comme un...
-Désolé. C'est bien ce que je pensais. Tu as au moins une côte fracturée. Mais une radio serait nécessaire pour vérifier et voir comment sont positionnés les bouts.
-Sauf qu'il n'y en a pas ici. Donc je vais devoir survivre en attendant de trouver un hôpital pour qu'on me scanne le corps !"

Il se redresse et recule légèrement. D'un coup je m'affaisse, me replie sur moi-même, coudes sur les genoux et visage entre les mains, caché aussi par mes cheveux. Toute ma raideur m'abandonne, on me penserait presque une chose fragile et faible à me voir je suppose. Je murmure entre mes lèvres, d'une voix brisée :

"Yosuke... Ne laisse pas Haruka aller dans la salle commune. Je ne veux pas qu'elle lise les ordres. Non, je ne veux pas qu'elle soit au courant des prochains ordres qui vont venir. Pour une raison... personnelle. C'est le seul service que je te demanderai. Pour elle. Mais prends-le comme un ordre. Tu dois veiller sur elle, au moins le temps que je..."

Le silence s'installe. Lentement, j'essaie de reprendre contenance et me redresser. Mais je n'y arrive pas. Comme si soudainement, tous les nerfs commandant mes muscles avait été coupés. Pour cacher ce trouble je me lève et retourne dans la salle de bain, m'appuyant sur le mur froid et tournant le dos à Yosuke. Au bout de quelques minutes j'entends les ressorts du lit, et des pas s'approcher. Il se tient debout derrière moi, immobile. Je sens son souffle sur ma nuque.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Gneuh.
Messages : 2145

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 14 Avr - 20:59

Je regarde Haruka se lever et baisser les yeux. Désespéré, je tente de la retenir, mais en vain. Je ne comprends pas pourquoi elle réagit comme ça, depuis quand se donner la mort est une chose intelligente dans la vie de simples adolescents comme nous ? N’avons-nous pas des moments inoubliables… dans notre passé lointain ? Notre passé, oui, mais celui qui n’est pas lointain possède un goût amer. Pour nous oui, mais pour elle ? La maladie ? Non, je ne veux pas croire que la maladie est une raison uniquement valable à cela. Nous avons tous la capacité de nous battre alors…
Je me rends compte que je me perds dans mes pensées alors que le temps défile seconde par seconde sur l’horloge. Je me lève d’un air inquiet et vais dans la direction qu’Haruka a prise. A peine arrivé devant la porte des toilettes, Ma tête bascule sur le côté par la gifle qu’Ayaka vient de m’accorder. Furieuse, comme ronger par le stress et la colère elle me parle comme si des armes étaient pointées vers moi. J’écoute tout en reculant sous le ton de chaque mot prononcé. A chaque phrase, mon visage se décompose comme si la vérité était dénudée de tous voiles noires. Je n’ai pas agi… mais pourtant… non, il n’y a pas de pourtant. J’ai comme un pressentiment, comme si elle avait raison. Je reste immobile, les yeux fixes et les mains tremblantes. Je ne suis pas capable d’assumer mon rôle de soigneur, n’est pas la vérité ? Je ne suis qu’un stagiaire et pourtant… tout le monde compte sur moi alors que je ne suis qu’un débutant. J’aimerais que le monde ne m’approche plus, comme si j’étais un monstre traversant les rues d’une ville bondée. J’aimerais que tout s’arrête, que le temps défile jusqu’à la fin du jeu car tout est déjà révéler au grand jour… non ?

Non, relève-toi. Ses propos, leurs propos sont peut-être vrais mais chaque individu a droit à une chance d’évoluer. Je suis capable d’exercer ce que je souhaite faire le plus au monde alors… ne baisse pas les bras.

Je respire et reprend petit à petit conscience qu’Haruka est l’une de mes priorités. Je presse le pas vers les toilettes. Je la rencontre avec soulagement, elle qui est resté sur place, le corps immobile, le regard fixe et le regard larmoyant. Je lui souffle quelques mots pour lui dire de se lever avant de la soulevée moi-même pour la remettre debout et l’assoir directement sur un fauteuil roulant placé aux alentours. A peine sortons-nous de la pièce que de nouveaux cris se font entendre. Plus loin dans le couloir, un attroupement se créé avec en son centre deux personnes qui se battent, Mei et… Ayaka ?! A peine sommes-nous arrivé dans la foule qu’elle part dans la direction inverse. La foule se disperse peu à peu alors que Mei reste sur place, assise sur le sol et repliée sur elle-même. En voyant les quelques flaques de sang autour d’elle, j’accours à ses côtés pour voir son nez ensanglanté par la violente chute qu’elle a dû subir. Je l’accompagne à l’infirmerie en prenant garde à y amener Haruka.
J’observe, l’espace d’un instant, le lit défait où reposait Ichijo mais en fait vite abstraction pour y allongé Haruka, commençant à somnoler légèrement. Je m’occupe de Mei en essayant de ne pas être brusque tout en la rassurant. Après m’être assurer que l’hémorragie soit complétement stoppée et que la plait soit correctement recousue, je lui demande avec sympathie et d’un ton pressant si elle peut garder un œil sur Haruka jusqu’à mon retour. Je la fixe alors qu’elle incline légèrement ses sourcils. Lui faisant comprendre qu’elles sont toutes les deux souffrantes, elle accepte par dépit en s’allongeant sur son lit. Je quitte la pièce en fermant la porte et en y glissant un chariot à quelques centimètres de celle-ci, comme pour indiquer que le dérangement n’a pas lieu d’être.

Je prends ensuite le chemin en direction de celui d’Ayaka, j’aperçois que les gouttes de sang, ayant tombées une à une sur le sol mène aux couloirs de l’asile d’isolement. Personne ne rode ici, ce n’est pas étonnant…
Enfin arrivé près de la dernière chambre du couloir, j’ouvre lentement la porte qui émet un grincement bruyant. Je franchis la chambre et me dirige vers la salle de bain, là où s’accumulent les dernières gouttes de sang sur le sol. Je m’arrête un instant alors qu’elle me fixe au travers du miroir, sa chemise tâchées est déposée sur le rebord de la baignoire tout comme un mouchoir imbibé du même liquide rougeâtre sur le lavabo. Je soupire discrètement avec la tête inclinée vers l’avant pour m’approcher d’elle. Au premier pas, elle engagea une nouvelle discussion mais les mots y sont moins assassins que la fois dernière.

« Et Haruka alors ? J'espère pour toi que...
- Elle est en train de se reposer, surveillée par une personne de confiance. A quoi tout cela te sert-il ?
- Pardon ?
- Cette fille. Tu n'avais franchement pas besoin de l'attaquer. Elle a de sérieuses blessures.
- Qu'est-ce que j'en ai à foutre ?
- Et toi non plus tu n'en es pas sortie indemne. Laisse-moi au moi regarder, savoir si c'est grave ou non.
»

Je me retourne pour qu’elle me suive dans la chambre afin que je puisse l’auscultée. Je reste bref sur mes émotions mais mes mains tremblent sans que je ne sache pourquoi.

« Eh bien ? Ça te trouble tant que ça que de t'occuper d'une jeune fille en jean et soutien-gorge ? Peut-être que... AH ! Bordel de... T'étais obligé d'appuyer comme un... »

Je touche volontairement sa hanche afin qu’elle baisse le ton, le même ton qu’elle avait employé lorsqu’elle était énervée. Je remets les manches de ma chemise correctement, profitant du silence, avant de continuer.

« Désolé. C'est bien ce que je pensais. Tu as au moins une côte fracturée. Mais une radio serait nécessaire pour vérifier et voir comment sont positionnés les bouts.
- Sauf qu'il n'y en a pas ici. Donc je vais devoir survivre en attendant de trouver un hôpital pour qu'on me scanne le corps !
»

Je lâche un profond soupir car elle avait raison, mais sa fracture n’est pas gravissime, c’est déjà ça… Je me relève mais suis coupé dans mon élan par la voix brisée qui parvient à mes oreilles.

« Yosuke... Ne laisse pas Haruka aller dans la salle commune. Je ne veux pas qu'elle lise les ordres. Non, je ne veux pas qu'elle soit au courant des prochains ordres qui vont venir. Pour une raison... personnelle. C'est le seul service que je te demanderai. Pour elle. Mais prends-le comme un ordre. Tu dois veiller sur elle, au moins le temps que je... »

Elle est alors autant attachée à Haruka, comme si rien ne pouvait les séparées ? Me demandé ce genre de chose…alors qu’elle peut le faire elle-même… elle me fait donc confiance, ne suis-je donc pas un incapable ? Un long silence s’installe jusqu’à ce qu’elle se lève pour prendre place contre le mur de la salle de bain dos à moi.

Je la regarde, m’essuyant le front humide et étant pris de légers vertiges. Soudainement, ma vue se recouvrent d’une brume aveuglante me rendant presque nauséeux. Inconsciemment, j’ai l’impression que le corps d’Ayaka me fait repensé à quelqu’un d’autre, mais qui donc… cette chevelure brune et longue avait tout l’air d’être celle de… Kana ? Mes vertiges commencent à s’en aller doucement quand je me redresse et me relève du lit, difficilement je marche pas par pas sur le sol grinçant pour arriver jusque dans la salle de bain. Je pensais être loin d’elle mais je suis en réalité à quelques centimètres, ces quelques centimètres séparant ma tête de sa nuque comme si l’étreinte que je veux lui offrir était inévitable tellement elle me manque. Mais tout cela s’évanoui de mon esprit quand je réalise que la personne qui se tient devant moi est Ayaka. L’espace d’une seconde, j’écarquille les yeux mais ne recule pas. Je voulais lui dire quelque chose, et cela depuis quelques temps.

« Pourquoi… pourquoi te cache-tu derrière ce masque…un masque que personne ne distingue mais… qu’on réalise l’existence une fois que l’on te regarde vraiment ?... Tu n’es pas réellement comme ça, n’est-ce pas ? Ce n’est pas la vraie Ayaka que je vois parfois… en toi. Peut-être qu’avant… tu n’étais pas ce genre de fille au fort caractère à l’air de vouloir frapper tout le monde à n’importes quelles remarques. Tu étais peut être ce genre de fille bienveillante. J’ai vu cela quand tu dormais… mais tu n’as peut-être pas envie de la savoir. »

Un silence s’installe jusqu’à ce que je ramène de nouveau mon regard sur le côté de sa hanche bleuté par le coup qu’on lui a porté. Il est impératif de faire quelque chose pour la soignée même s’il n’y a pas de radio dans le centre. Dans un geste lent, je prends le rouleau de bandage que j’avais ramené en venant ici. Alors qu’Ayaka semble avoir les yeux perdus dans le vague, je profite de l’occasion pour passer mes deux bras devant sa taille, sans pour autant la touchée, en déroulant lentement la bande pour en faire un premier tour. Elle gémit lorsque la bande serra quelque peu sa hanche mais suite à cela, elle dégage d’un seul geste mes bras pour prendre le rouleau dans ses mains.

« Je suis capable de faire ça toute seule, laisses moi. »

Suite à ses paroles, je ne bronche pas. Je range mes affaires pour m’apprêter à prendre direction de la porte.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 14 Avr - 21:18

PDV Ayaka :


Alors qu'il passe ses bras autour de moi pour poser un bandage, je me surprends presque à le repousser brusquement, en lui adressant des mots secs. Pendant qu'il range ses affaires je finis moi-même la pose du pansement, puis toujours sans le regarder lui adresse quelques mots :

"Cette histoire de masque... Tu as l'air de connaître une personne qui est dans ce cas de figure, et de bien la connaître. Cependant détrompe-toi, car toutes les personnes qui ont un caractère fort ne sont pas les plus faibles à l'intérieur. J'ai comme tout le monde des moments de craquage, mais c'est humain après tout non ? Au fond j'ai un cœur de brute, pour caricaturer. Mais ne me considère pas comme la fragile qui s'est fabriqué une carapace. Si tu enlevais cette... muraille, ce ne serait pas la vraie moi que tu verrais, mais simplement une partie, car depuis toujours je suis comme ça. De manière aussi certaine et naturelle que je m'appelle Ayaka.
Sinon, dis-moi... qui est cette fameuse personne de confiance ?"

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Gneuh.
Messages : 2145

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 14 Avr - 21:28

« Exactement, nous somme humain, mais chaque humain peu ... évoluer, non ? Ne crois pas que notre caractère restera le même jusqu’au bout de nos vies… »

J’ai finalement reposé mes affaires pour m’appuyer contre le mur, mais cela n’était pas les réponses qu’elle attendait...apparemment.

« Elle est avec Mei, mais ne t’en fait… »

Je la suis du regard alors qu’elle vient de quitter la pièce presque en courant.
Elle n’a donc confiance en personne…
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Mar 14 Avr - 22:14

PDV Ayaka :
Je... MEI ?! J'ai failli m'étouffer en respirant et suis partie en catastrophe en direction de l'infirmerie. Je m'occuperai de Yosuke en revenant. Mais Mei... est la priorité.
J'ai la porte de l'infirmerie en visuel. Quel est l'abruti qui a mis ce chariot devant la porte ? Yosuke je parie... J'attrape un pot de fleur sur une table et le lance sur l'un des patients qui traîne non loin. Assommé, ou du moins étourdi, il s'affale au sol, ou plutôt sur le chariot, le dégageant du passage. Je fonce et arrache à moitié la porte en l'ouvrant. Sur une Mei étonnée, une seringue à la main et sur le point d'en injecter le contenu à Haruka, qui ne semble pas dans son état normal.

"Eh mais qui voilà donc... Et en petite tenue en plus. Tout à fait le style du genre de fille que tu es.
-La ferme. C'est quoi ça ?
-Un médicament. C'est Yosuke qui m'a dit de le lui injecter."

J'avance vers elle, lui arrache la seringue des mains, et en profite pour la bloquer avec une clé de bras, et pointer l'aiguille sur son cou.

"Va-y si tu veux, mais tu expliqueras ensuite à Yosuke pourquoi l'une des dernières doses n'a pas été donnée à Haruka pour la sauver, et pourquoi tu me l'as donnée alors que j'y suis allergique.
-Ça je peux toujours m'arranger. Une allergie dont je n'étais pas au courant... Et me prends pas pour une ~~~, tu n'es pas médecin, donc tu n'es pas capable de faire une piqûre médicale correcte, surtout si elle est importante. Et je sais mieux que toi ce qui soigne ou non Haruka. Pourquoi elle es dans cet état ? C'est quoi que tu as mis dans ce verre et que tu lui as fait boire.
-Des relaxants, comme Yosuke me l'avais dit.
-Tu sais que les mensonges ne sont pas beaux. Et que fait-on aux petits enfants qui mentent ?"

Je pose la seringue sur une table, hors de sa portée immédiate, et lui administre deux violents coups de poing dans le ventre. De quoi la faire gémir et s'écrouler au sol. J'en profite pour aller poser la seringue ailleurs, et prendre le pot de savon liquide. Je retourne voir Mei, lui tire la tête en arrière, et verse le savon dans sa bouche, que je lui maintiens ouverte. Elle se débat, tousse, et le la lâche une fois que le liquide déborde entre ses lèvres, pour jeter le récipient par terre. Mais elle n'a pas le temps de profiter de ce répit et finir de cracher la substance que déjà je lui ai à nouveau agrippé les cheveux, et la traîne vers la fenêtre. Là je la relève, et flanche quelques secondes quand elle me frappe au niveau des côtes. Mais je tiens bon, elle n'arrive pas à se libérer. D'autant que son bras est toujours bloqué dans son dos. Une précaution qui m'aura permis de conserver l'avantage. J'ignore la douleur. Je suis dans une telle colère que je passe outre, alors même que je devrais être au sol en train de me tordre de douleur. La vitre éclate sous l'impact de la rencontre entre le verre et son visage. Des fragments volent un peu partout, j'en sens plusieurs lacérer ma peau, et un se planter dans ma joue. Je laisse Mei retomber au sol, inconsciente. Pour le moment ça suffira.
Le bruit semble tirer un peu Haruka de sa torpeur, mais elle est toujours un peu ailleurs. Je l'installe à nouveau dans le fauteuil, prends la seringue et sort de la pièce en courant pour retourner dans l'aile d'isolement. Je sens mon cœur battre précipitamment dans mon corps, le sang parcourt mes veines, transportant une importante dose d'adrénaline.
Yosuke sursaute quand j'entre en trombe. Je laisse la chaise finir de rouler et s'arrêter de rouler toute seule, et me dirige vers Yosuke. Avant qu'il ne puisse réagir je l'attrape par les épaules, et lui envoie de toutes mes forces mon genou dans l'entrejambe. Je vais dans la salle de bains, dont la porte est toujours grande ouverte, et me regarde dans le miroir, agrippant le lavabo à deux mains. Presque un monstre, avec ce regard fou. Et tout retombe d'un coup. Tout l'adrénaline, cette impression d'être hors du temps, tout puissante. Et moi. Je m'effondre en gémissant, car la douleur arrive. Perdue dans ma rage, ce que j'avais pris pour un simple coup de poing n'en était pas un. C'était une lame, un scalpel qu'elle m'avait planté dans la chair. Une blessure pas très large, mais d'où le sang prend plaisir à couler. J'attrape le manche, et tire d'un coup sec. Mon corps se tort et je gémis. Je me relève péniblement et trouve dans l'armoire un flacon d'alcool. Je ne sais pas pourquoi il est là, c'est quelque chose d'interdit, surtout en isolement. Je l'ouvre et en verse tout le contenu sur le linge rouge posé sur la baignoire. Je prends quelques secondes pour fermer les yeux, puis applique brusquement le tissu sur la plaie sanglante. Mes muscles se tendent et je me cambre sous le coup, laissant échapper un petit cri. Retiens-toi Ayaka, retiens-toi bon sang ! Haletante, je garde les yeux fermés le temps d'arrêter de trembler, constatant que je me suis mordue la lèvre au sang qui se remet à couler sur mon menton, et goutter sur la peau nue de mon ventre. Je m'occuperai plus tard des autres plaies, elles sont superficielles pour la plupart. Et je ne me pense pas capable de réussir à retirer tous les bouts de verre. Petit à petit la douleur devient plus supportable, et toujours en sueur et d'une voix essoufflée je m'adresse à Yosuke. Je suis certaine qu'il est resté.

"Personne de confiance hein... Tu parles. Elle a drogué Haruka avec je ne sais quelle substance. Regarde la seringue que j'ai posé sur le lit. Tu saurais ce qu'il y a dedans ? Parce qu'elle s'apprêtait à l'injecter à Haruka. Et elle a absolument tenu à me donner un couteau pour que je puisse plus facilement couper ma viande... Donc oui, Mei était un choix judicieux en fait, je m'étais trompée. Ayaka, quelle paranoïaque que tu es !"

Ma voix se brise sur les derniers mots. J'entends du mouvement mais garde les yeux fermés. Le sang pulse dans ma tête. Doucement, j'enlève le tissu imbibé d'alcool. La plaie devrait être assez désinfectée à présent... Je sens que le monde tangue un peu, mais je me raccroche à la réalité grâce au carrelage froid contre mon dos.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Gneuh.
Messages : 2145

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 17 Avr - 21:18

Je fixe la porte par laquelle Ayaka vient de partir. Je ne réagis pas. Un instant plus tard, j’ai l’impression qu’elle se met à trembler, non pas la pièce, mais juste… l’image que transmet mon regard à mon cerveau. De nouveau, mes mains sont tremblantes et mon front est en sueur. Un frisson monte le long de ma colonne vertébrale quand l’indifférence se transforme en inquiétude. Je sens comme une chatouille quelque part, une démangeaison désagréable. Pas la tête, pas la nuque, pas l’épaule ni le coude… mon poignet ? La sensation se décuple au rythme des battements de mon cœur. Après un instant d’hésitation, je retrousse ma manche en fixant mon poignet. C’est là où sont encore présents les bandages que j’avais si maladroitement mis après le coup de rage qu’avait eu Chiemi contre moi. Ceux-ci se sont desserrés et une nouvelle tâche de sang est venue les teindre il y a quelques jours. C’est en enlevant péniblement le bout de tissus salit que je découvre l’entaille dans un état déplorable. C’est pas vrai… la blessure s’est infectée, et je ne m’en suis même pas rendu compte. En grimaçant, je fouille dans ma trousse de secours pour y trouver la bouteille d’alcool. J’en verse une partie du contenu sur un mouchoir avant de respirer un grand coup. Je plaque alors le mouchoir humide sur la plaie tandis qu’un cri par tout seul de ma gorge, mon corps se repliant sur lui-même par la douleur électrisante. Je desserre les dents, rouvre les yeux et jette le mouchoir au loin pour reprendre ma respiration normale et remettre sur la blessure un bandage neuf partant de la paume de ma main jusqu’au milieu de mon avant-bras.

J’entends des bruits dans le couloir, brisant le silence qui occupe la pièce. Je me lève en gémissant, prenant soin de ranger la bouteille d’alcool dans l’armoire de la salle de bain. A peine ai-je le temps de tourner la tête qu’Ayaka dévale la pièce, une plait ensanglantée dans les côtes et le visage abîmé de coupures et de morceaux de verre. Je vois Haruka au loin mais je tangue vers l’avant quand Ayaka porta un coup à pleine puissance là où je ne m’y attendais pas forcement.
J’imagine que Mei n’est pas une personne de confiance… c’est ça.

Après cela, surtout après avoir laissé passer la douleur, je dévisage Ayaka partir vers la salle de bain enlevé le scalpel qui tranche sa chair de ses propres mains. De la même manière que moi, elle appliqua une grande quantité d’alcool sur sa blessure avant de respirer pour enfin m’adresser la parole alors que je la fixe sans rien dire.

« Personne de confiance hein... Tu parles. Elle a drogué Haruka avec je ne sais quelle substance. Regarde la seringue que j'ai posée sur le lit. Tu saurais ce qu'il y a dedans ? Parce qu'elle s'apprêtait à l'injecter à Haruka. Et elle a absolument tenu à me donner un couteau pour que je puisse plus facilement couper ma viande... Donc oui, Mei était un choix judicieux en fait, je m'étais trompée. Ayaka, quelle paranoïaque que tu es !
- C’est une dose d’un anesthésiant, ça aurait pu la tué, oui. Mais ton état est tout à fait normal face à la situation… bien sûr que oui…
»

Le ton qu’elle emploi commence de nouveau à m’agacer et cela de plus en plus. L’espace d’un instant, je regarde Ayaka s’asseoir et s’affaler doucement sur le sol par le sang qu’elle perd en grande quantité.
La respiration saccadée et les points serrés je claque la langue avant de l’agrippée par le poignet.

« Bordel, mais c’est quoi ton problème ?! »

Forcée de se lever, elle prend appuie sur le mur de l’autre main, la tête inclinée vers l’avant. J’ai l’impression de crié et de pesé chacune de mes phrases.

« A quoi ça va t’amener de vouloir carrément blesser tout le monde ici, et ça jusqu’au sang, et presque à la mort, hun ?! Jusqu’à ce que tu te blesse à ton tour ! »

Elle n’eut pas l’occasion de poser la main contre sa plait car la mienne a déjà pris place sur celle-ci de sorte à ce que l’hémorragie soit totalement arrêtée. Elle résiste mais du même air furieux qui s’affiche sur mon visage et alors que mes paroles s’enchainent, je plaque son dos à ma hauteur contre le mur en agrippant fermement le haut de son épaule et en intercalant ma jambe contre les siennes pour qu’elle ne perde pas l’équilibre.

« P’t’être que tu fais ça pour protéger les gens que t’aime, ok. Mais t’as pas l’air de savoir qu’on est tous enfermé ici, on est tous dans la même merde, tu comprends ça ?! »

La fixant du regard et l’agrippant toujours sur sa plait et sur son épaule, je la vois perdre peu à peu conscience. Je profite du fait qu’elle soit encore réceptive à mes propos pour finir mon soit disant monologue.

« …Alors soit tu continus à te comporter comme se que tu prétends être intérieurement, donc à vouloir la mort de ses personnes comme ce ~~~~ de roi… ou soit tu comprends la situation et tu te comportes comme… comme Haruka voudrait que tu te comportes et pour le bien de tous ici. D’accord ?... »

Je soupire alors que je sens les forces de son corps l’abandonnées. La main recouverte de son sang, je prends soin de l’attraper au niveau du dos et en dessous de ses genoux avant qu’elle ne s’écroule sur elle-même.

De nouveau arrivé à l’infirmerie, je me rends compte que le chariot est renversé et la porte arrachée de toutes parts. Je me dépêche d’installer Ayaka sur le lit en essayant de réduire mon stress et ma colère. Je retourne voir l’état de Mei de nouveau recroquevillée sur elle face à la vitre brisée. Son visage est défiguré par les bouts de verre et son état n’en dit pas mieux. Je tire un rideau entre les deux lits alors qu’elles sont toutes les deux presque inconscientes.

Il va me falloir de la patience pour les soignées… encore une fois.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Ven 17 Avr - 23:31

PDV Ayaka :


Ayaka, allez, ce n'est pas le moment, tu ne vas pas perdre connaissance ? La surprise m'empêche de réagir quand il se met à craquer et déverser sa colère contre moi. J'aurais pu me reprendre et lui répondre, s'il ne m'avait pas levée pour me coller entre le mur et lui. Que ? Je sens le sang se mettre à affluer au niveau de ma blessure, et me retiens de grimacer quand il pose sa main dessus. Cependant j'ai beau lutter je sens que je perds le contrôle de mon corps. Ses paroles me parviennent encore vaguement, puis je sombre dans le noir.
Quand je me réveille j'ai l'impression que plusieurs heures se sont écoulées. Ma blessure est bandée serré, et des pansements sont également posés sur mon visage et d'autres parties de mon corps. Je mets quelques secondes à reconnaître la pièce. L'infirmerie. Je tente de me lever quand une main se pose sur mon épaule pour me retenir. Je tente de lutter, mais c'est son visage plus que son "non" qui m'en empêche. Il a un air fatigué, et de profondes cernes sous les yeux.

"Tu es priée de te reposer. En fait non, je ne te laisse pas le choix. Je n'ai pas envie d'épuiser le stock de pansements par ta faute, alors tu vas rester sagement allongée ici à récupérer en attendant d'être complètement rétablie.
-Je peux au moins m'habiller ? Je ne suis pas non plus du genre à aimer passer mes journées à me promener en soutien-gorge."

Il n'ajoute rien et me laisse me lever. J'ouvre l'armoire et en tire quelque chose à mi-chemin entre la chemise et le t-shirt. Ça fera l'affaire je pense. Je l'enfile donc et retourne me coucher, lui tournant le dos cependant, et récupérant au passage le lecteur de musique que j'avais laissé et qui avait été posé sur une table.

"Par rapport à ce que tu as dit tout à l'heure... Je ne me comporte pas comme une gamine pourri gâtée qui veut faire sa dur à cuire. Je suis comme ça. Et je ne suis pas celle qui cherche la merde. Pourquoi je vais ai frappés, toi et Haruka ? Vous le méritiez pour votre connerie. Et Mei ? Elle m'a cherché exprès. Et la deuxième fois c'était parce qu'elle menaçait la vie d'Haruka. Oui on est tous dans ce merdier comme tu dis, mais je ne cherche la mort de personne. Sinon crois-moi que Mei ne serait déjà plus de ce monde. Haruka... n'a pas à dicter mon comportement. Elle n'en a pas l'autorité. Pour te dire, quand j'étais fantôme, elle voulait mourir pour que je puisse profiter de son corps en me l'appropriant. Alors comment suivre ses consignes ? Et toi... tu devrais te reposer aussi et dormir un peu tant que tu n'as pas de travail pour le moment. Ne va pas au moment critique nous abandonner en t'évanouissant."

Il ne me répond pas. Je laisse le temps passer, veillant à fermer les yeux et adopter une respiration profonde. Mais la musique me maintient éveillée. Finalement j'entends qu'il s'est assoupi. Je me lève sans faire de bruit, et me rend dans la cuisine. Du moment que je me tiens sur mes jambes, je me considère guérie. Je me rassasie puis m'installe dans l'un des fauteuils de la pièce commune en attendant que le temps s'écoule. Il fait nuit. L'ordre ne devrait pas tarder à arriver.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Sam 25 Avr - 19:34

PDV Misa :


Le temps passe avant que je ne décide de me lever et de la traîner derrière moi en direction de la salle commune. Pas que je n'aime pas être seule avec elle, au contraire, mais si jamais un ordre était donné, personne ne viendrait nous prévenir... Nous sommes encore plus dépendants du roi que lors de l'autre épisode... En effet, un ordre est bien inscrit sur la télé :
"Le patient n° 1, Yuzu Kurai, doit se frapper la tête contre un mur jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle peut être aidée. Si l'ordre n'est pas exécuté, les deux personnes se trouvant à côté d'elle en ce moment-même seront cognées contre le mur jusqu'à ce que tous leurs os soient brisés, avant de mourir par décapitation."

Je grimace. Finalement nous n'aurions pas dû venir. Un cri résonne alors que la jeune fille encore perdue se fait saisir par deux patients. C'est une autre personne qui a hurlé, il me semble la reconnaître. Oui, c'est sa sœur, Mei je crois. Elle est couverte de bandages, surtout au niveau du visage, et se trouve encore dans le couloir venant de l'infirmerie. Que lui est-il arrivé ? En tout cas elle se précipite sur le groupe, mais d'autres patients s'interposent, la repoussent. Que... ? Mais que se passe-t-il ? Jamais personne ne s'est comporté comme ça... C'est comme si ces... fous avaient soudainement retrouvé la conscience, et avaient décidé eux-même qui allait mourir. Et c'était la jeune fille... Pour limiter les pertes ? En tout cas elle commence à se débattre, pleurant, comprenant d'un coup ce qu'il va lui arriver. Je suis tendue, malgré tout je sursaute au premier coup. L'écho est impressionnant, se mêle aux cris des deux sœurs tandis que le sang éclabousse les alentours. Les autres patients sont étrangement calmes. Le deuxième coup. C'est insupportable, je tremble. Chiemi me prend dans ses bras et je me blottis contre elle. Elle me chuchote quelque chose mais je n'entends rien d'autre que la rencontre de la tête contre le mur, les cris et le sang. Elle essaie de me tirer hors de la pièce mais je suis incapable de bouger. Elle s'arrête et j'entre-ouvre les yeux. Plusieurs regards sont pointés sur nous. La tête de Yuzu n'est plus qu'une boule sanguinolente et difforme, mais ils continuent de la frapper. Enfin, après d'interminables minutes, le message s'affiche sur la télé :
"L'ordre a été correctement exécuté."

Les deux bourreaux laissent tomber le corps, et chacun reprend tranquillement ses activités. Mei est enfin lâchée par ses trois gardiens, et se jette sur le corps. Quant à moi je me retrouve aux toilettes en train de vomir. Comment y suis-je arrivée ? Mes jambes m'auraient portée ? Je m'essuie en continuant de pleurer. Au bout de quelques instants j'essaie de me lever mais mes jambes ne me tiennent plus, et je m'effondre. Des bras me retiennent. Chiemi. Je me jette contre elle.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Être fou
Humeur : Fou et tout simplement fou
Messages : 1675
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Sam 25 Avr - 22:55

Le temps passe et coule sur lui. Deux journées s'écoulèrent sans qu'il ne se souvienne de ses différentes actions durant ce laps de temps. Un vide.
Le monde est pourri comme certains le pensent. Hideki ne le pensait pas. Pour d'autres, le monde est le meilleur possible. Il ne le croyait pas non plus. Pour lui c'était juste une forme ronde perdue au milieu de l'espace. Pour Raito c'était un objet d'adoration. Depuis qu'elle était revenue à la vie et qu'elle avait récupéré toute sa mémoire, elle voyageait et s'incarnait ici et là.
Elle avait vue des horreurs, mais ça… La déesse venait de voir au travers de son incarnation le meurtre de Yuzu. Pour elle ce n'était rien d'autre. Une jeune fille sans défense, tuée comme ça ? Une femme ? L'humanité se comportait ainsi en cas de détresse ? Au lieu de se rebeller, de désobéir, elle se pliait aux volontés du premier fou ? Elle n'allait pas laisser tout cela se passer de cette manière.
La rage monta en elle :
"Désolé Hideki mon chou, mais ça va devenir un peu violent. Tu vas peut-être avoir un peu mal, je vais me dissocier de toi juste un petit moment, j'ai quelques trucs à faire. Ne t'inquiète pas, tu gardes tes pouvoirs. Tu es mon incarnation depuis ta naissance, tu es donc un être magique, une divinité mortelle."
L'ensemble des locaux fut plongé dans le noir avant d'être inondé d'une lumière aveuglante. Raito marchait parmi les vivants dans son corps immatériel.
Elle aperçut au loin une caméra. Le roi quoiqu'il soit, humain ou non, il devait certainement observer le tout grâce à un de ces dispositifs. Elle s'en approcha avant de murmurer à l'attention de celui qui observait :
"Tu aimes bien jouer ? Alors jouons ! Mais sache que je suis une déesse et que tu n'es rien. Oh et on a eu la gentillesse dernièrement de m'autoriser à utiliser un certain pouvoir assez destructeur mais aussi un autre avec l'effet inverse. Je te laisse admirer."
La déesse laissa voguer son esprit pour rechercher toutes les traces énergétiques de ceux qui étaient mort ici. Puis fouillant dans la mémoire d'Hideki elle rechercha ceux qui avaient vécu le précédent King's Game. Elle réintégra son corps avant de lever les mains vers le ciel qui n'était jusqu'alors pas visible. Un rayon lumineux transperça le bâtiment, permettant ainsi à la lumière crépusculaire d'entrer. Raito en absorba la puissance avant de lancer son sort :
"J'en appelle au souffle créateur qui apporte la vie et la reprend pour en cet instant ramener du Paradis, de l'Oblivion, de l'Empire et des Enfers ceux qui sont morts ici et qui souhaitent revenir chez les vivants. J'en appelle aussi à lui pour ramener ici même ceux qui sont morts dans le précédent King's Game, ce jeu stupide auquel je mettrai fin prochainement. Et enfin j'amène ici vers son frère Kana. Je transporte aussi Nobu et je ramène à la vie les parents de Yosuke et Kana pour que les multiples King's Game deviennent des échecs pour leurs rois."
Le sol gronda longuement et des hurlements montèrent de tous les côtés. Le corps sans vie de Yuzu revint lentement à la vie et sa tête redevint normale. Un éclair lumineux et tous les morts rappelés par Raito apparurent subitement ainsi que les deux personnes vivantes matérialisées par la déesse.
"Qui que tu sois, quoi que tu sois stupide roi, tu as mis en colère une déesse. Tu as voulu jouer, eh bien maintenant amuse-toi. Mais à chaque faux pas je serais là. Et je te trouverai où que tu sois. Je reste malgré tout ce que j'ai toujours été, une Créatrice."
Fatiguée par la puissance qu'elle venait d'utiliser, Raito se dissipa pour retourner dans le corps de Hideki, qui chancelant avança vers Misa et Chiemi avant de s'écrouler au sol et d'être entouré d'un halo lumineux.

___________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     La vie est dure, nous avons beau cherché à la rendre meilleure, il suffit d'un instant d'inattention, un seul moment où nous n'agissons plus pour qu'une flamme s'éteigne.
     Le temps file, parfois lentement d'autre fois rapidement. Mais pourquoi doit-il en plus de ça tout détruire sur son chemin. Tout est éphémère malgré les dires des autres. Une amitié finie toujours par mourir sans aucune raison apparente.
     Nous sommes nos propres démons, mais se combattre est inutile, le seul moyen de vaincre l'ennemi est de le connaître ainsi que de le comprendre. Connaissez-vous, écoutez-vous, respectez-vous, comprenez-vous mais surtout, ne vous blessez pas, une plaie béante et irréparable ferait son apparition au fond de vous.
     Tu cours, tu cours pour échapper à ton destin. Retourne-toi et affronte-le. La meilleur façon de vivre est de survivre.


Dernière édition par Kao le Lun 27 Avr - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Humeur : Le très détestable, détestable, détestable moi... va tout détruire ! Runpappa ~ https://www.youtube.com/watch?v=Ma4oH5oYM8w ~
Messages : 1204
Âge : 17

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 26 Avr - 16:03

PDV Chiemi


L'esprit encore embrumée par mes idées noires, je laisse Misa me traîner dans les couloirs. Il n'y a pas grand monde, juste quelques patients se traînant paresseusement vers la salle principale. Nous les dépassons rapidement et pénétrons dans la pièce. Misa s'arrête net et lève les yeux vers la télévision. Ses yeux se voilent de peur et d’inquiétude, et son visage se voile d'un rictus. Je lève les yeux et lis l'ordre à mon tour. Je reste interdite quelques instants. Je tourne la tête vers la jeune fille en question, bouche bée et sous le choc. Je ne lui ai jamais vraiment parlé, trop occupé à délirer dans mon monde, mais je sais qu'elle rendait parfois visite à Haruka pour lui donner une petite partie de son repas. Ils n'étaient pas très copieux, et elle avait besoin de force pour surmonter sa maladie. J'ai honte d'avouer que je n'ai moi-même jamais fait ce geste...
Deux patients la saisissent violemment, mais elle ne réagit pas, encore sous le choc. Un cri résonne dans la pièce plongée dans un silence macabre. C'est une autre fille qui a hurlé. Bien que couverte de bandage et visiblement en piteux état, elle se jette sur le groupe. Trois autres patients la retienne. Le premier coup vient. Du sang vole un peu partout, la victime implore ses bourreaux de l'épargnée. Mais ils ne l'écoutent pas, continue de la frapper contre le mur, sans aucun remord. Il semble même... qu'ils apprécient faire cela. Je sens les mains de Misa se crisper sur mon bras. Elle tremble, regardant la scène d'un air terrifié. Je la prends contre moi et lui caresse la tête, lui épargnant le spectacle. Les coups continus de résonner dans la salle. Beaucoup on arrêtés de regarder, ont repris leurs errance et font comme si de rien n'était. J'ai envie de leurs crier de regarder, d'au moins lui accorder cela. Elle mérite nos regards. Elle ne mérite surement pas qu'on l'ignore, comme si son meurtre n'était pas en train de se passer. Je devrais aller mettre une raclée à ces deux tarés, ce massacre. Mais je n'en fais rien. Je me contente de regardé en priant pour qu'elle meurt rapidement. Je suis impardonnable. Un monstre. Comme toutes les personnes ici pouvant agir mais ne faisant rien.
Misa est à bout de nerf maintenant. J'essaie de la traîner hors de la salle, mais c'est comme essayer de bouger un rocher. Les coups cessent et le corps sans vie de Yuzu s'échoue au sol. Sa sœur se précipite à son chevet, sanglotant. Les deux garçons s'écarte, l'un d'eux continue d'admirer son œuvre un sourire tordu sur le visage tandis que l'autre s'éloigne rapidement. Misa s'échappe de mon étreinte et part en courant dans les couloirs. Je suis tiraillé entre l'idée de la suivre et celle d'aller donné une bonne leçon à cette brute sans cœur. J'aimerais fuir loin d'ici. Ce qu'on vient de voir me rend malade. J'ai juste envie de m'enfermer quelque part et de pleurer un bon coup. Mais je vois bien que si je ne le fais pas, personne d'autre ne le fera. Je m'approche lentement du garçon, prenant le temps d'étudier sa carrure. Assez grand, pas vraiment musclé et pas souple du tout. Ça sera réglé en quelque secondes. Je glisse sous son nez et lui décoche un puissant coup de pied dans le ventre, le faisant reculer et se courber en deux. Je fonds sur lui, ne lui laissant pas le temps de récupérer. Quand il relève la tête il est accueilli par un coup de poing dans le menton. Furieux, il secoue la tête en grognant et me fixe. Moi je l’attends, les pieds bien campé au sol, en position défensive. Il me fonce dessus dans un bazar de bras et de jambe, sans technique aucune. Je l'évite d'un pas de côté. Quelque seconde plus tard je reçois un coup dans le visage. Il a fait volteface juste après mon esquive et a profité de mon inattention pour me frapper. Un peu sonnée, j'évite son prochain coup un peu tard, et son bras me frôle le visage. J'en profite pour retrousser les lèvres et le morde aussi fort que je le peux. Un cri lui échappe. Je passe derrière lui et le fait s'étaler au sol d'un croche pied. Il n'a pas le temps de se reprendre que j'écrase de toutes mes forces son genou gauche. Un craquement se fait entendre. Hurlant, il se recroqueville dessus en sanglotant, m'insultant de tous les noms. Je lui décoche un dernier coup de pied dans le visage, et décide qu'il a eu son compte. J’essuie le sang au coin de ma bouche et me palpe la mâchoire. J'aurais sans doute un gros bleu à cet endroit-là. Je me retourne et part en trottinant vers la direction qu'avait pris Misa. Je ralenti en voyant Haruka sur le seuil de la salle, assise dans un fauteuil roulant, regarde d'un air horrifié le corps méconnaissable de Kurai au sol. J'hésite à aller la voir, mais j’aperçois du coin de l’œil Kurosawa boitiller vers elle. Rassurée, je m'engouffre dans les couloirs. Au tournant, je crois voir un flash blanc dans la salle. Mais ça doit être que mon imagination.

~~

J'arrive quelque minutes plus tard dans la salle où c'est réfugiée Misa, et pile au bon moment. Je la retiens tandis qu'elle est sur le point de s’effondrer. Je la serre dans mes bras tandis qu'elle sanglote contre moi. Je ne sais pas quoi dire. Alors je ne dis rien. Au bout d'un moment je relève sa tête vers moi et essuie ses larmes du bout des doigts. Puis je la prends doucement pas la main et me dirige vers la sortie
- Vient, on va essayer de trouver un endroit où tu pourrais te reposer un peu. Je pense que tu en as besoin.
Et moi aussi. Je ne lui avouerais sans doute jamais, mais je suis aussi bouleversée qu'elle par le spectacle macabre auquel nous avons assisté. Pour l'instant, je dois me montrer forte. Pour elle.
On sort de la pièce et je décide de la mener dans ma chambre. Elle pourra dormir un peu si elle le souhaite, et il y a peu de chance que quelqu'un y pénètre, Haruka et Kurosawa étant encore dans la salle principale. J’aperçois une silhouette quelques mètres plus loin. C'est une personne appuyé contre le mur, semblant un peu perdu. Son air m'est familier. Je m'arrête net quand je le reconnais. Misa me bouscule légèrement, ne s'attendant pas à ce que je m'arrête net.

- Qu'est ce que...?

Je ne lui réponds pas et continue de fixer la personne. Celle-ci tourne la tête vers nous. Misa doit l'avoir reconnu elle aussi, car sa bouche s'ouvre pour former un "o" presque parfait. Nobuaki. Je serre la main de Misa et reprend notre chemin. Quand l'on passe devant lui, il tend la main pour m'attraper le bras :

-Chi...

Je l'évite et part en sprint dans le couloir, traînant littéralement Misa derrière moi. Je ne m'arrête que devant la porte de ma chambre. J'ouvre la porte et laisse Misaki rentrer la première. Je rentre à mon tour dans la pièce et ferme la porte derrière moi. Je croise les yeux de Misa, et je ne peux lui retourner qu'un regard confus. Ni elle ni moi ne savons comment et pourquoi ce garçon s'est retrouvé comme par magie au sein de l'établissement, pourtant condamné.

___________
NEVER FORGOT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ "私ト一ツノ心臓ヲ" ~
Warau yorokobi, namida no shimai
Anata wa watashi de, watashi wa anata
Jiseki no nen wa itsushika kiete
Shinde mo kirei na anata ga hoshī

Spéciale dédicace à Mikoto [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Emploi/loisirs : Confisquer les ciseaux d'Haruka et corriger les fautes sur le forum.
Humeur : Bof bof, passable cependant.
Messages : 1988
Âge : 19

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   Dim 26 Avr - 17:03

PDV Misa :


Je me fige de stupeur quand je le remarque. Est-ce bien... Nobuaki ? Non, c'est impossible, comment se serait-il retrouvé ici ? Je n'ai pas le temps de m'interroger plus que Chiemi nous a déjà enfermées dans sa chambre.
Cependant je veux vérifier quelque chose. Je ressors de la pièce et cours vers le lieu où on l'a vu. Non, il est bien là. Alors que je continue à avancer je glisse par terre et tombe en poussant un cri strident. Quand j'ouvre à nouveau les yeux je suis dans les bras de Nobuaki. Je suis en train de murmurer un timide merci en rougissant quand apparaît Chiemi au tournant. Immobile deux secondes, elle s'avance vers nous, avec un drôle de regard. Nobuaki me pose doucement par terre et se redresse. Il a toujours l'air aussi amoureux d'elle. Chiemi tente de donner un coup de poing, mais il l'arrête aisément. De même pour l'autre. Il a un sourire en coin alors qu'il lui dit en la regardant "pas deux fois de suite". Je ne sais pas de quoi ils parlent mais Chiemi lui répond "oh que si". Je me relève et tente de m'interposer entre eux. Je me reçois un coup de boule de Chiemi qui me fait partir en arrière, percutant Nobuaki, qui perd l'équilibre. Mais il ne lâche pas pour autan les bras se Chiemi, et on se retrouve tous les trois allongés par terre en empilement.
Chiemi me regarde de nouveau, avec un air meurtri et inquiet. Je tente de lui sourire alors que le sent mon sang pulser sur le côté de mon front. A son exclamation, je me rends compte que j'ai bien une bosse qui pousse. Elle se remet debout et me tire contre elle en s'excusant. Je la serre contre moi en lui assurant que tout va bien. Puis je recule légèrement, et les regarde tous les deux :

"Eh bien maintenant je crois qu'on pourrait tranquillement s’asseoir, et écouter ce que Nobuaki a à nous dire, la manière dont il s'est retrouvé ici."

Aucun des deux ne me répond mais ils me suivent dans la chambre de Chiemi, dont j'ai attrapé la main par habitude. Nobuaki commence à nous raconter tout ce qu'il a fait après la fin du King's Game, insistant sur sa joie de revoir Chiemi. De notre côté nous le mettons au courant de la situation actuelle. C'est seulement à cet instant qu'il se rappelle avoir lu dans les journaux ma mort, et s'étonne que je suis avec eux. Il faut donc que je lui raconte mon retour. De temps en temps Chiemi me coupe dans mon récit pour ajouter certaines choses. A la fin un silence pesant s'installe. Finalement Nobuaki se décide à le briser par une question à laquelle je ne m'attendais pas du tout :

"Mais... Vous êtes ensemble toutes les deux ? Enfin je veux dire, je...
-Oui..."

C'est Chiemi qui lui a répondu, en rougissant légèrement. Comme moi, elle ne semble pas parfaitement à l'aise quand il s'agit de parler de ça. Néanmoins, par jeu, et pour prouver peut-être à Nobuaki que c'est la vérité, je passe mes bras autour de son cou et l'embrasse par surprise. Je ne peux m'empêcher de rire devant son air de totale surprise.

___________
"Laisse le tourbillon de tes émotions t'emporter, il guidera
ta plume sur le papier, pour faire du rêve une part de réalité.
Un but inatteignable, c'est le fascinant cadeau de l'écriture,
qui devient poison dès que l'on s'en approche un peu trop."


Ask

Merci à ma petite Haruka chérie pour cette merveilleuse signature que j'aime beaucoup,
l'atmosphère qui s'en dégage est sublime *-*
Un superbe cadeau pour mes 16 ans... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 


Un autre grand merci à Haruka pour ces deux signatures et cet avatar,
offerts pour les 17 ans.
Le temps passe mais je t'aime toujours autant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» King's Game [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]
» Maps [Crusader]==>Gribouil
» King's Game 2 - 王様ゲーム2 [DECONSEILLE AUX MOINS DE 16 ANS]
» King's Game 2 - 王様ゲーム2
» des joueurs de dinosaur king TCG dans le coin ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Stories - Forum de Libre RPG :: Entrez dans l'aventure ! :: Fan Fiction ● Autre :: Fan Fiction-

CSS Valide !